FC Metz : Alexandre Oukidja : « Mes proches ne me reconnaissaient pas »

Longtemps considéré comme un gardien impulsif et sanguin, le portier messin dévoile les origines de son nouveau visage cette saison, dans une interview accordée à So Foot.

L’avez-vous reconnu ? Cet Alexandra Oukidja version 2023-2024 pourrait vous surprendre, non pas pour ses qualités indéniables, mais pour son calme et sa sérénité inédite. Connu pour son tempérament chaud, le portier algérien pouvait rapidement s’emporter à l’encontre des arbitres et des joueurs adverses.

Ce temps-là est fini. « J’ai mûri », confirme le gardien de 35 ans. « J’ai appris beaucoup de choses dans les hauts et dans les bas. Aujourd’hui, je me canalise un peu plus dans les moments chauds. Lors d’un match comme celui contre Toulouse (0-1) j’aurais pu prendre un rouge à tout moment du match, mais j’ai gardé mon sang-froid. À l’époque, avec les frustrations dues aux décisions de l’arbitre et celle de ne pas réussir à remporter ce match, j’aurais pu craquer. »

Seul l’expérience des terrains et de la compétition l’aura aidé à se remettre en question. « Comme je sais faire mon autocritique, j’ai réussi à en prendre conscience tout seul. Je donnais une mauvaise image de moi-même et une mauvaise image du club. » avoue-t-il avant de continuer : « J’ai compris que je pénalisais plus mon équipe en faisant des conneries qu’en restant concentré ».

Il faut dire que cette marque de fabrique, commençait à peser sur les épaules de celui qui est arrivé sur les bords de la Moselle en 2018 : « J’apparaissais comme un gardien assez nerveux, qui pouvait péter un plomb à tout moment, alors que dans la vie, je suis quelqu’un de jovial, qui aime autant déconner que travailler. Je ne me reconnaissais pas. Mes proches ne me reconnaissaient pas. »

Père de deux enfants, Alexandre Oukidja veut désormais montrer le « bon exemple ». La facette d’un homme heureux de jouer au football, sans pour autant se détacher de cet état d’esprit qui lui colle à la peau depuis petit. « J’étais un garçon hyperactif qui ne tenait pas en place. Sur le terrain, j’étais un gardien foufou qui sautait sur tous les ballons. S’il fallait sortir la tête en premier, je le faisais. ».

Ce nouveau visage semble lui porter chance puisqu’il effectue un début de saison flamboyant sous les couleurs du FC Metz, avec lequel il a récemment fête son 100ème match de Ligue 1.

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur So Foot

A.M.

www.socios-fcmetz.com

Crédit photos : Icon Sport

Les derniers articles :
P