Ainsi soit Thill

Au soir du vingt-cinq mars le FC Metz comptera un international de plus dans ses rangs, la jeune pépite luxembourgeoise Vincent Thill devrait honorer sa première sélection avec les Roude Leiw, le tout à seize ans et quelques jours. Lors d’un match contre la Bosnie-Herzégovine d’un certain… Miralem Pjanic !

Retrouvez quelques morceaux choisis de l’interview que le sélectionneur national Luc Holtz a donné au journal « Luxemburger Wort »

Luc Holtz : « Vincent Thill jouera contre la Bosnie »

Luc Holtz: «Je demande simplement, au-delà des qualités de joueur, une position claire, l'envie de porter et de défendre les couleurs du Luxembourg.» Photo; Ben Majerus
Luc Holtz: «Je demande simplement, au-delà des qualités de joueur, une position claire, l’envie de porter et de défendre les couleurs du Luxembourg.» Photo : Ben Majerus

La sélection nationale prendra, à partir de vendredi, ses quartiers à Belek pour le traditionnel stage de début d’année. Avant le départ pour la Turquie, Luc Holtz évoque ses ambitions et ses envies mais aussi les premiers pas avec les A de Vincent Thill, le surdoué de bientôt 16 ans. Ce sera le 25 mars contre la Bosnie.

Propos recueillis par Didier Hiégel

Vous vous rendez en stage à Belek du vendredi 29 janvier au 5 février. Ne craignez-vous pas de rallier la Turquie après les attentats qui ont endeuillé le pays ?

Au sein de la fédération, nous avons bien entendu débattu du sujet après le dernier attentat qui a touché Istanbul. Nous avons évoqué la possibilité de changer le lieu du stage, mais dans ma réflexion, je me suis posé la question de savoir où étions-nous le plus en danger actuellement alors que nous sommes à 150 kilomètres de Bruxelles et à 400 de Paris. Aujourd’hui, il n’y a pas un lieu où nous pouvons nous sentir totalement en sécurité. Nous ne serons pas plus en danger à Belek qu’en France, en Belgique, en Allemagne ou ailleurs. Par ailleurs, les hôtels à Belek qui accueillent les clubs et les sélections sont hautement sécurisés.

En l’absence des professionnels, le groupe que vous conduirez à Belek sera fortement rajeuni. Est-ce un rajeunissement dicté par les circonstances ou parce que vous voulez prendre le temps de les voir à l’œuvre?

Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années. Vincent Thill fera ses grands débuts chez les A, contre la Bosnie, à tout juste 16 ans. Photo: Fabrizio Munisso
Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Photo: Fabrizio Munisso

C’est le moment et le lieu idéaux pour les observer dans de bonnes conditions. Je vais me faire une première idée, notamment sur leur aptitude franchir le palier qui les sépare de l’équipe A, et voir s’ils ont les qualités pour que je puisse faire appel à eux dès le mois de mars ou, au contraire, s’il faut encore leur donner un peu de temps pour qu’ils s’aguerrissent davantage.

C’est en ce sens que ce stage de début d’année qui, je le sais, est parfois critiqué est si important pour nous. C’est aussi un plus pour les habituels cadres de la sélection en terme de qualité d’entraînement – les séances seront très individualisées – et de qualité aussi au niveau des infrastructures. En résumé, cette semaine de stage est très importante pour préparer les six prochains mois.

Le fait que les pros ne soient pas du stage, facilite-t-il aussi l’intégration des plus jeunes qui, dans ce contexte, ont sans doute moins de pression?

Certainement! Au niveau émotionnel, ils seront sans doute moins impressionnés de se retrouver chez les A. Pour prendre un exemple, Ralph Schon qui avait été convoqué en fin d’année, avant les matches contre la Grèce et le Portugal, m’a avoué avoir été «très nerveux» lors du stage de préparation. Il a pourtant 25 ans. Lors du stage, si j’en vois qui sont stressés je n’hésiterai pas à les voir pour en discuter.

« Vincent est toujours dans l’anticipation »

Le plus jeune du groupe sera Vincent Thill qui fêtera ses seize ans lors du stage. Qu’attendez-vous de lui?

En effet, difficile d’en trouver un plus jeune! Je n’attends rien de spécial, je vais lui dire qu’il joue comme il en a l’habitude, qu’il ne se prenne pas la tête. Pour lui aussi, l’occasion est idéale de côtoyer des seniors. Je veux juste voir comment il va s’imposer contre des adultes.

Vincent avait été retenu dans le groupe des U19 du FC Metz lors du match contre Nancy en Coupe Gambardella, mais son entraîneur n’avait pas voulu le faire entrer en jeu dans le contexte d’un derby toujours très engagé. N’avez-vous pas peur de le faire jouer prochainement lors d’un match international?

Non, pas du tout! Les entraîneurs ont chacun leur façon de fonctionner. Certains ont peur de lancer un gamin en raison de l’aspect athlétique. Moi, je n’ai pas peur. Quand je l’ai vu jouer avec les U17, beaucoup de ses adversaires lui étaient athlétiquement supérieurs. Vincent a de grandes qualités cognitives, au niveau de la lecture du jeu il est toujours dans l’anticipation, ce qui fait qu’il est très très rarement dans l’impact direct. Souvent, dès sa première touche de balle, il échappe à l’impact physique.

Vincent Thill en action lors d'un match contre Mulhouse. Crédit photo: Photos by Luc
Vincent Thill sous les couleurs du FC Metz (U15) – Photo : Photos by Luc

Ce serait donc plus facile de lui offrir sa première sélection dans un match international amical. Au printemps?

Oui, Vincent fera ses premiers pas chez les A contre la Bosnie. Il aura seize ans lors du stage, seize ans et demi, en septembre, lors du commencement des éliminatoires pour le Mondial 2018. A 17 ou 18 ans, les jeunes qui ont du talent jouent déjà dans les équipes pro, alors pourquoi nous priver de son talent plus longtemps? Dans ma planification, Vincent joue un rôle important pour le Luxembourg dans les années à venir. Nous avons le devoir de l’intégrer au mieux et le plus rapidement possible.

Deux dates au mois de juin, les 1er et 7 juin, sont réservées pour des rencontres amicales. Un dernier galop d’entraînement aussi pour les nations qui vont disputer l’Euro 2016. Quels adversaires aimeriez-vous rencontrer?

Ces derniers mois nous avons rencontré un certain nombre de grosses «écuries»: le Portugal, l’Espagne, la Russie, la Belgique ou encore l’Italie et lors de la prochaine campagne nous allons retrouver les Pays-Bas et la France. L’Allemagne ou l’Angleterre feraient certainement le bonheur des spectateurs et de notre président qui doit travailler sur le dossier. Mais le risque existe aussi de prendre une «déculottée». Pour l’ambiance, la venue des Irlandais serait certainement très excitante. Mais personnellement, j’aimerais que nous nous mesurions à de plus petites nations pour viser une victoire ou au moins un match nul.

Retrouvez l’intégralité de l’interview ici :

http://www.wort.lu/de/sport/football-luc-holtz-vincent-thill-jouera-contre-la-bosnie-56a643420da165c55dc51d76

P