Après-match Bordeaux-Metz : Nouvelle pilule à digérer

Pourtant valeureux en première période, les Grenats ont finalement cédé sur des errements habituels puis craqué complètement en début de seconde face à Bordeaux (3-0) pour inscrire une énième déconvenue à leur tableau de bord.

 

Le onze

 

Après une longue trêve internationale, agrémentée d’un week-end sans rencontre -Metz-Paris a été reporté pour cause de la finale de la Coupe de la Ligue-, la troupe de Philippe Hinschberger a retrouvé le goût étrange du terrain, en début de semaine, sur son terrain dans un silence de cathédrale pour la venue de Lyon (0-3). Les Grenats souhaitent ainsi profiter de ce déplacement en Gironde pour relancer une mécanique quelque peu déréglée par l’environnement glauque du huis clos face au club de Jean-Michel Aulas. Pour ce faire, les Messins peuvent compter sur les retours non négligeables de cadres tels que Assou-Ekotto, Doukouré -tous deux suspendus face à Lyon-, Diabaté, Diagne -qui n’étaient pas qualifiés car non présents au match aller- et de Jouffre, fraîchement remis d’une énième blessure.

 

La première période

 

La rencontre démarre sur un rythme plutôt intense. Les Bordelais tentent d’avoir la main mise sur le jeu mais ces velléités sont largement contrariées par le bloc messin, bien en place en ce début de partie. La première opportunité est d’ailleurs à l’actif des visiteurs après une superbe ouverture de Mandjeck vers Diabaté dans le dos de la défense mais l’attaquant malien ne parvient pas à éliminer Carrasso pour conclure (8ème). Alors que les Girondins multiplient les fautes, ce sont bien eux qui vont réussir le geste juste dans la zone de vérité. En effet, sur la première offensive des locaux, Vada décale parfaitement Malcom côté droit, lequel a tout le loisir d’ajuster Didillon côté fermé (1-0, 14ème). Le quart d’heure qui suit sera entièrement à l’avantage des Bordelais. Successivement, Laborde (16ème), Kamano (20ème) et Sabaly (28ème) vont mettre à contribution Didillon qui sera sauvé par sa barre puis son poteau sur cette dernière action. La plus grosse occasion messine ensuit par l’intermédiaire de Cohade qui, bien servi par Jouffre, va s’illustrer d’une frappe brossée qui finit sa course sur la barre de Carrasso (30ème). Le club à la Croix de Lorraine termine mieux ce premier acte et reprend le monopole du ballon. La tentative de Nguette suite à un rush solitaire ne trouve toujours pas le cadre (38ème). Les Bordelais ont été extrêmement réalistes mais leur avantage n’est pas démérité.

 

La seconde période

 

Alors que quiconque connaît l’importance des entames de rencontre, les Grenats vont déroger à ce précepte en apparaissant apathiques au retour sur la pelouse du Matmut Atlantique. Ces errements vont se payer cash. Malcom est accroché par Assou-Ekotto à l’entrée de la surface avant de s’écrouler dans la zone de vérité. Les Bordelais obtiennent un penalty que transforme sans trembler Vada (2-0, 50ème). Dans la foulée, Diagne met en danger inexplicablement son équipe tout seul en se faisant subtiliser un ballon dans les trente derniers mètres. En surnombre, Laborde peut alors servir convenablement Vada qui ajuste Didillon et signe par la même un doublé (3-0, 53ème). Terriblement rageant. Il n’aura suffi que de huit minutes pour constater la fin du suspense dans cette rencontre. Pour autant les locaux ne vont pas lâcher les débats : Sabaly dévie intelligemment pour Malcom qui manque de peu sa reprise (56ème). Passée l’heure de jeu, le rythme va peu à peu retomber et Metz va en profiter pour se créer quelques opportunités. Sur coup franc, Assou-Ekotto cadre bien sa frappe mais Carrasso se détend parfaitement (60ème). Puis, une bonne déviation de Diabaté vers Mollet aboutit à une tentative à nouveau cadrée (65ème). La bonne phase messine ne se concrétise malheureusement pas au tableau d’affichage. Une nouvelle fois, Diabaté parvient à trouver un partenaire mais cette fois-ci, c’est Nguette qui manque son duel avec le décidément impeccable Carrasso (77ème). La rencontre s’achève sur une nouvelle note négative pour les Grenats : Assou-Ekotto, peu étincelant dans ce match, va se fendre d’un coup de coude sur Ounas, entré quelques minutes plus tôt -et qui avait failli corser l’addition pour son équipe-. Le latéral gauche messin est logiquement exclu par l’arbitre. Décidément, quand rien ne va…

 

Les notes des joueurs

 

Didillon (5) : le portier messin a réalisé son match, auteur de quelques belles parades et de bons jaillissements notamment en première période ; il ne peut pas grand-chose sur les trois buts concédés par son équipe.

Assou-Ekotto (0) : un match absolument lamentable, le latéral gauche messin n’étant pas apparu vraiment concerné dans ce match ; d’abord aux abonnés absents sur l’ouverture du score de Bordeaux, il s’est ensuite fendu d’un ignoble coup de coude dans le visage de Ounas.

Diagne (3) : une première période relativement sereine mais une relance catastrophique en début de seconde mi-temps plombe définitivement le suspense de la rencontre.

Falette (5) : une prestation solide comme à l’accoutumée de la part du défenseur central ; il a pourtant eu fort à faire sur le côté gauche de son équipe qui prenait régulièrement le bouillon face à Malcom et Kamano notamment.

Balliu (5) : un match moyen du latéral droit, un peu en deçà de son niveau habituel ; plutôt solide et rassurant défensivement, on l’a néanmoins trop peu vu apporter sa qualité de centre offensivement.

Mandjeck (5) : une grosse présence physique en première période qui s’est peu à peu estompée en seconde.

Cohade (6) : comme à l’accoutumée, le meneur de jeu a fait parler son volume de courses et de jeu ; en manque de réussite cependant, en témoigne ce superbe enroulé pied gauche sur la barre en fin de première période.

Doukouré (5) : à l’instar de Mandjeck, il a fait son match dans l’entrejeu avec son lot de déchet et d’approximations ; il n’est toutefois pas responsable des erreurs commises sur les trois buts.

Nguette (4) : une première mi-temps quasi transparente dans le jeu, l’ailier est apparu nettement mieux en seconde mais il manque un duel important seul face à Carrasso.

Jouffre (4) : très peu influent dans le jeu de son équipe, l’ex-Lorientais a traversé ce match dans l’anonymat et n’a pas eu le rayonnement escompté.

Diabaté (4) : une présence athlétique en première période ponctuée d’une belle occasion manquée seul face à Carrasso ; auteur également de deux belles déviations vers Mollet et Nguette en deuxième qui auraient pu se révéler décisives. Cela reste insuffisant pour un joueur de ce calibre.

 

L’analyse

 

Cette 32ème journée de L1 semble avoir complètement redistribué les cartes dans ce bas de tableau où désormais 8 équipes se retrouvent engagées dans la bataille pour le maintien. Bien qu’impensable il y a quelques semaines, Lorient, Bastia et Nancy ne sont pas encore mathématiquement distancés. Ces trois formations ont toutes connu le succès tandis qu’un peu plus haut, Dijon, Caen, Lille et Metz, donc, se sont inclinés.

Cette fois-ci, les Grenats sont tombés sur une équipe bordelaise en pleine confiance, capable de concrétiser sur sa première opportunité. A l’instar de la confrontation face à Lyon, les Messins ont plié après l’ouverture du score, malgré des promesses entrevues dans le jeu et des occasions nettes -malheureusement automatiquement gâchées- qui auraient pu changer la donne.

Alors certes, il y a bien un soupçon de malchance -le penalty sifflé en faveur des Girondins est en dehors de la surface- qui atténue à peine l’ampleur du score mais cela n’en demeure pas moins insuffisant pour accrocher un résultat face à une cylindrée du top 5 de l’Elite.

Désormais, seuls 4 petits points séparent les Grenats d’une place d’éventuel barragiste. La venue de Caen sera donc bel et bien primordiale, elle scellera certainement l’affaire en cas de bonne performance ou (re)plongera au contraire les Lorrains dans le doute…

P