Après-match : Dijon FCO – FC Metz

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

UNE VICTOIRE HISTORIQUE

Après 6 matchs sans victoires, le FC Metz se reprend en fin et écrase la lanterne rouge. En inscrivant 5 buts à l’extérieur, les joueurs ont réalisé une prouesse offensive que le club n’avait pas réalisée
depuis le 3 avril 2004, à l’occasion d’une victoire 5-0 au Mans….

 

L’analyse

Frédéric Antonetti l’avait annoncé : il n’était pas content des dernières performances de ses joueurs et comptait changer la composition pour ce déplacement à Dijon. Alors que les plus cyniques pouvaient s’attendre à une énième tentative de duo offensif dans le 5-3-2 habituel mais devenu
inefficace, le coach messin surprend et opte pour le 4-3-3. Avec Kiki Kouyaté suspendu, ses choix en défense se retrouvent simplifiés : l’axe Bronn-Boye revient avec Centonze et Udol dans les couloirs (plus adapté à la défense à 4 que Delaine). Devant, le système hybride est abandonné et une vraie ligne de
trois 100% Génération Foot compose l’attaque : Yade à gauche, Niane au centre pour sa première titularisation depuis son triplé face à Lorient en octobre dernier, et Gueye à droite. Enfin, le milieu est sans
surprise composé de Maiga, Sarr et Kevin N’Doram pour sa première titularisation de la saison. Farid Boulaya est donc placé sur le banc malgré son excellente saison afin d’équilibrer le système messin,
un indice quant à la configuration de la saison prochaine ?

En face, Dijon reste sur une défaite cinglante 5-1 contre Rennes et est déjà condamné à la descente en Ligue 2, une situation dans laquelle certains joueurs pourraient avoir besoin de se montrer afin de retrouver un club de l’élite pour la saison prochaine. Ainsi, cette dynamique se fait sentir au début du match. En effet, si la première frappe est messine, les 20 premières minutes sont plutôt à l’avantage des Dijonnais. Sans parvenir à apporter du danger sur les cages d’Alexandre Oukidja, les Dijonnais pressent et forcent leur adversaire du jour à commettre des fautes (4 sur les 20 premières minutes pour Metz). Pape Ndiaga Yade passe même très près du carton rouge dès la 12ème minute de jeu après une grosse semelle sur Coulibaly alors qu’il est déjà averti. Mais les Grenats se reprennent vite et confisquent le ballon (60% de possession de la 20ème minute à la mi-temps). Le match s’emballe et si Gueye rate l’immanquable (31 ème ), il se rattrape 5 minutes plus tard et ouvre le score en reprenant un centre de Yade à ras de terre (0-1, 36 ème ). Metz continue de pousser et double la marque rapidement. Sur un coup de pied arrêté, Sarr profite d’une mésentente pour inscrire son 3 ème but de la saison (2-0, 41 ème ). Juste avant la mi-temps, Bersant Celina est expulsé par Frank Schneider pour des contestations qui n’arrangent pas du tout son équipe. Les Messins regagnent donc les vestiaires sur un avantage mérité au vu de la physionomie du match et face à des Dijonnais qui n’ont jamais été réellement dangereux (0,71 xG pour Metz contre 0,09 xG pour Dijon).

A l’entame de la seconde période, Dijon, pourtant à 10, réduit la marque par Mama Baldé. Le meilleur buteur local reprend de la tête un corner de Sammaritano. Ce but fait regagner de la confiance aux locaux qui font vaciller Metz. Antonetti procède alors à plusieurs changements : Yade, trop nerveux, est remplacé par Ambrose tandis que Boulaya et Vagner font leur entrée à la place de Niane et N’Doram. Les Messins passent donc en 4-2-3-1 avec Ambrose en pointe, Vagner à gauche et Boulaya en 10 durant une dizaine de minute avant que Gueye ne cède sa place à Angban. Le 4-3-3 hybride est ainsi réinstauré et donne un nouveau souffle à l’équipe. Dans la foulée de la sortie de Gueye, Vagner nous gratifie d’un rush de 70 mètres après un corner avant de donner le cuir à Angban dont le centre sera dévié au fond de ses filets par le malheureux Chafik (1-3, 70ème ). Quasi définitivement à l’abri, les Lorrains continuent de pousser et font craquer une nouvelle fois un bloc dijonnais trop friable : sur un magnifique une-deux, Boulaya remet Vagner dans la surface qui ajuste Allagbé (1-4, 81ème ). En fin de match, le meneur algérien s’offrira même une seconde passe décisive en trouvant la tête de Bronn sur un coup de pied arrêté (1-5, 84ème), scellant une belle victoire et relançant par la même les Grenats dans la quête des 50 points qu’ils se sont fixés.

T.M

Les notes des joueurs

Tops :

Centonze (7) : hyperactif sur son côté, le latéral droit a été présent des deux côtés du terrain. Avec 4 interceptions, 6 tacles, 3 dégagements et 1 tirs bloqués, il a dégouté le côté gauche du Dijon FCO. Plus que des stats, il a été l’auteur de quelques retours importants et a sauvé sa défense à plusieurs reprises. Avec 12 duels gagnés sur 16, 3 centres et même une frappe toute proche d’être cadrée il a également su se montrer présent et convainquant en attaque.

Sarr (7) : encore un match de qualité pour le prodige sénégalais qui a inscrit son 3ème but dans l’élite. Son excellente performance ne se limite pas à cela, en effet, il a été très actif offensivement avec notamment 2 passes clés mais aussi 100% de dribbles réussis et 93% de précision à la passe.

Gueye (7) : l’homme du match à n’en pas douter. A lui tout seul, il a mis le supplice au couloir gauche des locaux au point de réussir pratiquement toutes ses actions sur son côté. Il est récompensé logiquement sur l’ouverture du score grenat.

Flops :

Niane (4) : trop juste physiquement, le meilleur artilleur mosellan n’a tout simplement pas été au niveau requis pour un match de L1. Il lui faudra visiblement plus de temps pour revenir à sa top forme.

Ambrose (4) : une entrée très brouillonne pour l’attaquant qui était sorti du groupe au cours du dernier match. En une mi-temps, il n’a pas réussi à se montrer malgré le carton offensif de son équipe. Avec 13 ballons perdus sur les 22 qu’il a pu toucher, pas sûr que ce match convainque Frédéric Antonetti de lui accorder plus de temps de jeu à l’avenir…

Crédit photo : FC Metz ; Dijon FCO ; BeInSport ; France Bleu

La réaction des entraineurs 

Le résumé de la rencontre 

P