[Après-match : FC Girondins Bordeaux– FC Metz] “Angers-Metz : le remake”

Comme lors de son dernier déplacement, le FC Metz est retombé dans ses travers sur la pelouse du Matmut Atlantique (2-0), concédant deux buts coup sur coup et encaissant sa 3ème défaite de la saison, déjà. Il va falloir réagir au plus vite…

 

Le débrief

 

Avant de procéder à l’analyse, il convient de se rappeler au mauvais souvenir du match Angers-Metz à l’issue duquel nous avions écrit ces mots : « Moins de 3 minutes auront suffi dans cette partie pour assister au naufrage des joueurs du président Serin. Alors que les Grenat n’avaient quasiment pas encore franchi la zone médiane, ils se retrouvaient déjà en grande difficulté lorsque, côté gauche, un dédoublement réussi entre Capelle et Ait-Nouri permettait au second nommé d’adresser une galette à El Melali, absolument seul au second poteau pour tromper la vigilance de Oukidja d’une tête imparable (1-0, 3ème) ».angers metz

Eh bien, voilà, sur la base du match de hier soir, on a pu constater un scénario quasi à l’identique, avec des Grenat apathiques d’entrée de jeu, à l’inverse de leurs homologues Bordelais, bien déterminés à rentrer dans leur adversaire avec férocité et ambition. On aurait donc très bien pu remplacer les noms de joueurs angevins par des bordelais, pour la même issue, finalement. À la suite d’un corner mal boxé par Oukidja, c’est l’expérimenté Briand qui ne se faisait pas prier pour déposer le cuir au fond des filets (1-0, 7ème), alors que deux minutes plus tard seulement, les Girondins tuaient déjà le suspense par l’intermédiaire de De Préville qui, bien lancé en profondeur par Hwang, abattait un Oukidja encore impuissant (2-0, 9ème). bordeaux metzLa suite de la rencontre prenait ensuite des allures du jeu du chat avec la souris. Et bien entendu, on retrouvait le club mosellan dans le rôle de la misérable bête inoffensive à laquelle le chat « se joue ». Dans l’absolu, c’est clairement ce à quoi l’on a assisté pendant 90 minutes au Matmut Atlantique. Bordeaux s’est contenté de gérer après avoir joué (et bien joué) pendant 10 minutes tandis que Metz a tenté d’entreprendre, en vain. Une tristesse sans (queue ni tête) nom à laquelle on ne reviendra pas plus amplement dans les détails, cela n’en vaut pas la peine, honnêtement.

Pour ceux qui ont visionné la rencontre à la télévision, il ne fallait pas s’installer avec du retard sur le canapé. En effet, la formation de Paulo Sousa n’avait pas le temps de niaiser, définitivement. Et, quelques 9 minutes de jeu plus tard, les locaux pouvaient se targuer d’avoir créé déjà 4 opportunités nettes pour 2 réalisations… Une entame idyllique face au promu mosellan complètement dépassé, qui semble avoir du mal à tirer des leçons dans un début de saison très contrasté. Des choses doivent changer, et très vite, si le club à la Croix de Lorraine ne veut pas y passer, pour le coup. Ce qui est sûr, c’est que l’équipe de Vincent Hognon est toujours longue, longue, beaucoup trop longue au démarrage… Preuve en est, elle a déjà concédé la bagatelle de 5 buts dans les 20 premières minutes de ses 5 premières rencontres. Et le coach grenat de déplorer que « cela fait trois fois de suite que [l’on] est mené 2-0 à la mi-temps… ». C’est qu’il y a forcément un souci quelque part, non ? Comment expliquer donc de telles entrées en matière, toujours plus inquiétantes les unes après les autres ?bordeaux metz

Premièrement, on pourrait émettre que cette équipe ne semble pas (encore) tout à fait prête physiquement, si l’on en juge les trous d’air en début et fin de rencontre qu’elle subit de plein fouet depuis le début de saison. Un problème qui serait donc lié au programme même de la préparation physique d’avant saison des joueurs grenat ? Voilà qui paraîtrait assez étonnant, quand l’on se remémore la dimension athlétique impressionnante sur laquelle avait été impulsée l’équipe championne de L2 l’an dernier.

Mais deuxièmement, une hypothèse bien plus plausible pour déterminer la cause de tous ces maux serait en fait liée à la mentalité générale d’un groupe qui n’a connu que le succès par le passé et, qui n’a pas forcément eu à s’employer outre mesure pour inverser des spirales négatives. Il faut dire que les Grenat ont marché sur la L2 avec une telle facilité que cela peut poser des limites à leur jeu, en termes de caractère, de détermination, de combativité, et pire encore, de concentration.

Des prérequis pourtant essentiels pour exister dans tout championnat majeur, que ce soit en Football ou dans d’autres disciplines. Ce qui est étonnant, c’est que ce FC Metz là n’en a pas encore pris conscience, et ce, en dépit d’un passé pas si lointain de galérien. Alors, rappelez-vous-en, et rectifiez le tir (c’est le cas de le dire). Il y a déjà urgence.

 

Les notes des joueurs

 

Les tops :

Aucun.

 

Les flops :

n'guette fc Metz GakpaDiallo fc metz

 

Nguette/Gakpa/Diallo (3) : on retrouve forcément l’ensemble de l’animation offensive messine, complètement hors du coup. Koscielny a muselé Diallo alors que Nguette et Gakpa ont tenté fébrilement sans aucune forme d’efficacité devant le but.

 

 

 

 

Les statistiques

 

 

M.D

 

 

P