FC Metz – Amiens SC : Les 4 enseignements de la rencontre

En ouverture de la saison 2022-2023, les Messins se sont logiquement imposés face à une équipe d’Amiens quasi inoffensive (3-0). Retour sur les quelques faits marquants à retenir.

Un trio d’attaquants ultra-efficace

Le constat est simple. Les trois attaquants titulaires ont chacun inscrit un but. Les Grenats ont trouvé la faille dès la 22ème minute de jeu, après que la frappe d’Ablie Jallow ait tapé le poteau avant de revenir dans les pieds de Lamine Gueye, bien placé pour pousser la balle au fond. Peu avant la mi-temps, Georges Mikautadze, d’une frappe rasante poteau rentrant, alourdit le score en faveur des siens. Au retour des vestiaires, Ibrahima Niane scelle définitivement le sort du match en concluant une action des plus abouties : sa frappe plat du pied à bout portant ne laisse aucune chance à Régis Gurtner. Bölöni semble avoir trouvé la bonne formule offensive, en plus des apports de Jallow et Maziz, tous deux décisifs hier soir.

FIN de La disette à Saint-Symphorien, et une défense enfin solide

Contrairement à la saison passée, les Grenats n’auront pas tardé à remporter leur premier match de la saison à domicile. Devant un public venu en nombre, les hommes de László Bölöni se sont même payés le luxe de ne pas encaisser de but. Peu sollicité dans l’ensemble, Alexandre Oukidja aura tout de même été efficace dans ses interventions. Un sérieux défensif toutefois entaché de quelques maladresses qu’il faudra effacer à l’avenir (on pense notamment aux difficultés de Fali Candé dans les duels aériens, ou à la passe manquée de Mathieu Cachbach en fin de match, finalement sans conséquence).

socios fc metz

Le premiers pas en professionnel de Danley Jean-Jacques

Discipliné et précieux à la récupération, Danley Jean-Jacques se souviendra longtemps de sa première apparition chez les professionnels. L’Haïtien de 22 ans s’est montré à son aise et a, pour sûr, marqué des points. De bonnes bases sur lesquelles s’appuyer pour la suite de la saison.

Le jeu en triangle : la patte Bölöni

A plusieurs reprises durant la rencontre, les joueurs messins se sont appuyés sur le jeu en triangle, cher à László Bölöni, aussi bien en phases défensives qu’offensives. Une façon efficace (et esthétique) de se sortir du pressing adverse tout en conservant la balle pour créer décalages et dédoublements. L’exemple le plus parlant est celui du troisième but messin, entraîné par un échange de passes entre Youssef Maziz, Georges Mikautadze et Ibrahima Niane (le tout en une touche de balle, agrémenté d’une aile de pigeon). Sommes-nous en train d’assister au retour du beau football à Saint-Symphorien ?

A.V.

Crédit photo: FC Metz

www.socios-fcmetz.com

P