FC Metz : Daniel Riolo : « Bernard Serin s’il se barre, il y a qui derrière ? »

Dans son émission radio After Foot, le chroniqueur RMC Sport s’interroge sur la situation actuelle du FC Metz.

En ouverture de la 23ème journée de Ligue 1, le FC Metz s’inclinait à domicile face à l’OL (2-1). L’occasion pour l’After Foot de faire un point sur la situation du club lorrain relégable, et qui reste sur 10 matchs consécutifs sans victoire.

En compagnie d’un supporter des Grenats, Daniel Riolo s’étonne de voir encore Laszlo Bölöni sur le banc messin. Il accuse un trop grand décalage entre l’effectif et l’âge avancé du technicien : « C’est un mystère. Pourtant, j’adore Bölöni, son passé et son histoire, mais aujourd’hui je n’arrive pas à comprendre comment il peut encore. Peut-être que c’est nous qui sommes cons, et on se dit que ce n’est pas parce qu’un mec a 70 ans, qu’il ne va pas parler à des mecs de 25 ans. Malgré tout, on ne m’enlèvera pas de la tête que le décalage doit être trop important. »

Détenteur d’un carnet d’adresse vieillissant, le directeur sportif du FC Metz Pierre Dréossi en prend aussi pour son grade. « Sa liste de courses est encore sur le vieux papier et au crayon de papier, à l’époque où il n’y avait pas d’ordinateur. », ricane l’équipe de l’After.

Evidemment, le sujet du président Bernard Serin, principale cible – à juste titre ou non – des supporters grenat, a été évoqué. Daniel Riolo lance les débats : « Serin s’il se barre, il y a qui derrière ? Ça coule, il n’y a personne. Quand il a repris après Carlo Molinari, il n’y a rien qui devait le pousser forcément à mettre un peu d’oseille dedans. C’était un industriel local, il est historique, il connait la région et cette terre… Rien ne l’obligeait à aller se mettre dans le foot. Je ne le défend pas, mais si y a plus ce gars-là, il n’y a plus personne. »

Naturellement évoqué, le fils Serin ne prendra sa succession, avait assuré il y a quelques semaines le Président. Le journaliste de RMC Sport pointe du doigt la situation compliquée auquel va se confronter le club à la Croix de Lorraine dans un futur proche : « Le projet de Metz c’est de se sauver et n’y pas tellement de gens pour te séduire. La situation est difficile. Si Serin s’en va, tu vas éventuellement peut-être trouver un Américain en fonds de pension qui va voir qu’il y a un centre de formation, qui va faire deux-trois calculs et qui va se dire « si je sors trois joueurs de l’académie, deux sénégalais, et un autre, si j’en vends un sur les deux 6-7 millions, ça va suffire pour faire mon année ». Voilà où on en est, il n’y a pas de projet, ni d’envie. Et pourtant il y a un public, qui vient toutes les semaines. ».

A.M.

www.socios-fcmetz.com

Crédits photos : Icon Sport, BFM Sport 

Les derniers articles :
P