FC Metz : Pierre Dréossi : « J’aurais aimé garder Boubacar Traoré »

Invité du Graoully Mag en prévision de la 8ème journée de Ligue 1, Pierre Dréossi a fait des révélations sur le mercato messin, le choix de l’entraîneur et son entente avec Bölöni.

Metz n’est peut être pas en tête de Ligue 2 après 7 journées de championnat, mais les supporters ont pu retrouver une équipe offensive et ambitieuse dans le jeu. Un changement dû en grande partie au nouveau coach des Grenats, Laszlo Bölöni, sur qui Pierre Dréossi a justifié son choix : « Il fallait quelqu’un qui s’adapte vite avec tout le changement, quelqu’un qui trouve vite une équipe. Assez vite, dans les matchs amicaux, on se rend compte que l’équipe qui jouait en juillet joue encore aujourd’hui en grande partie. L’année dernière, j’avais été choqué de voir plus de 25 ou 30 compositions différentes au cours de la saison. Connaissant son expérience et sa qualité de travail, il fallait amener des certitudes dans l’effectif. ».

“Jean-Jacques, on nous disait qu’il n’était pas bon”

Une entente sur laquelle le duo Dréossi-Bölöni capitalise lors de la prise de décision : « Il faut que l’entraîneur soit d’accord pour faire quelque chose. Cette année, c’est facile de trouver un consensus sur la partie financière. J’aurais préféré garder Traoré, c’est un très bon joueur et s’il avait été là, l’équipe serait meilleure, mais au départ on a accepté de devoir vendre donc on l’a fait. Quand je donne mon accord, je le tiens. ». Quelques regrets par rapport à ce mercato mais aussi quelques satisfactions concernant l’effectif : « On a trouvé Candé en stoppeur, je pense que c’est une très bonne pioche. On a aussi trouvé Danley Jean-Jacques comme milieu alors que l’on nous disait qu’il n’était pas bon et qu’il ne fallait pas le garder, et on l’a refait signer. Si y a un bon jeune au centre de formation, on va le trouver et il jouera. ». Un discours qui dénote des positions de Frédéric Antonetti l’année passée.

T.M.

www.socios-fcmetz.com

Crédit photos: IconSport

P