FC Nantes – FC Metz : Laszlo Bölöni : « On a vu trop d’erreurs techniques à mon avis »

Conscient qu’il reste encore beaucoup de travail, l’entraineur du FC Metz s’est rendu en conférence de presse après la victoire « méritée » contre Nantes.

Il était devenu rare de voir Laszlo Bölöni entrer en salle de presse avec le sourire. Ce dimanche, la victoire contre Nantes a permis de redonner un peu de moral aux troupes, désormais parées pour se battre pour le maintien. Le technicien messin livre son ressenti partagé, après la rencontre : 

« Je sens une fatigue, physique et mentale, comme les joueurs. On essaie de se reposer pour continuer la lutte. Si ça c’est pas mérité, je ne sais pas quand on peut le dire. On a eu quand même 4-5 immenses situations loupées. Je crois qu’on a vu deux équipes nerveuses, trop d’erreurs techniques à mon avis. Pendant les entrainements, c’est rare qu’on fasse autant d’erreurs naïves qu’aujourd’hui, au niveau de la possession, des passes, des lancées, … L’explication je la trouve dans cette tension, cette peur, qui a fait son effet même du côté nantais. »

En effet, cette victoire a mis un certain temps à se dessiner. Les deux équipes semblaient vouloir se regarder dans le blanc des yeux en première mi-temps. Laszlo Bölöni a tenté de remettre les pendules à l’heure pendant la pause : 

« Je cherchais l’explication pour les erreurs techniques. Je leur ai dit de parler plus sur le terrain, vider éventuellement cette peur au ventre même si c’est facile à dire, pour augmenter notre niveau. J’ai fait une allusion à l’autre vestiaire sur ce qui pouvait se passer, quand sans doute ils ont voulu augmenter le rythme du jeu. J’ai demandé plus de concentration, plus d’investissement, plus de double et triple efforts et plus d’accélérations dans l’espace, dans le dos de la défense et pas seulement latéral par rapport au porteur du ballon. »

C’est un succès important pour les têtes, qui a été bonifié par un cleen-sheet. Cela reste pourtant anecdotique pour l’homme aux carnets : « A ce moment, sincèrement je n’ai pas du tout pensé à ça. C’est notre objectif permanent, tous les entraineurs veulent s’améliorer de ne pas prendre de buts et s’améliorer de marquer des buts. Parfois, on met l’accent sur un mais ça arrive que ce ne soit pas grâce à ça. Ce que j’ai bien aimé chez notre équipe, c’est l’investissement malgré la grande pression, la peur, l’atmosphère qui est lourde. En tout cas, la victoire est une bulle d’oxygène importante pour nous et on va essayer de l’exploiter au maximum. […] Je sais que les victoires t’aident pour travailler. Pour vivre normalement, tu as besoin d’une atmosphère plus calme. Ne pensez pas qu’on ne s’occupait pas de nos problèmes déjà avant. Mais pour différentes raisons qui sont difficile à toutes les citer, on n’a pas réussi à transformer les petites défaites en matchs nuls ou les matchs nuls en une victoire. C’est qu’il y avait des erreurs et des manques, mais personnellement ça ne prend pas mon appétit de travail, au contraire. » 

Enfin, les choix de Laszlo Bölöni se sont révélés payants. Le coach roumain avait notamment décidé de titulariser Fali Candé en défense centrale et Arthur Atta dans l’entrejeu. « Tous les deux, je crois qu’ils ont eu du mal au départ. », avoue-t-il. « Candé a reçu un carton jaune dès la 3ème minute, il n’est pas arrivé à gérer l’émotion du retour et sa grand envie avec sagesse. En ce qui concerne Atta, je crois que techniquement il est meilleur que ce qu’il a montré. Il doit augmenter son rythme de jeu et ça on lui en a parlé. On lui a montré des vidéos face à lui, qui sont des exemples pour accélérer son jeu. »

A.M.

www.socios-fcmetz.com

Crédits photos : FC Metz

Les derniers articles :
P