Ligue 1: Droits TV, c’est loin d’être gagné !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le football français risque de s’enliser dans une crise dont il pourrait avoir du mal à se remettre !

Alors que l’ensemble des acteurs du football français s’attendaient à un accord entre La LFP et Canal+ concernant les droits TV de Ligue 1, suite au fiasco de Mediapro, le président de la chaîne cryptée Maxime Saada vient d’annoncer une décision surprenante. Dans un entretien au Figaro, il a énoncé souhaiter rendre ses droits à la Ligue concernant ses deux matchs (lot n°3 : samedi à 21h et dimanche 17h) jugés trop couteux : « j’estime que le produit L1 a été dégradé dans l’absolu. Pour des raisons conjoncturelles tout d’abord. La diffusion sur Téléfoot a fortement réduit l’exposition de la compétition. […] Par ailleurs, l’arrivée de Mediapro a contribué à la croissance exponentielle du piratage. »
L’homme fort de Canal+ exige un nouvel appel d’offres, car il considère que la Ligue 1 a perdu en valeur et en notoriété. Une mauvaise nouvelle pour les présidents des clubs de foot pro qui subissent actuellement une crise économique sans précèdent (billetterie, droits TV etc…)
Maxime Saada, président du directoire de la chaîne, souhaite même mettre en place un système de Pay Per View :”Mediapro continue de diffuser 80% des matchs. Ce n’est pas acceptable. Pour en terminer avec cette situation, nous allons proposer à la LFP une solution technique universelle qui permettra à tous les Français, abonnés ou non à Canal+, de suivre les matchs en Pay per view (paiement à l’acte). Bien sûr, Canal+ reverserait l’essentiel des recettes à la LFP, et donc aux clubs. ».
Cette annonce risque d’avoir l’effet d’une bombe dans l’Hexagone. En effet, plusieurs équipes de L1 et L2 risquent de se retrouver en cessation de paiement avant la fin de la saison. De nombreux présidents de clubs espéraient une solution rapide entre la LFP et le groupe de Vincent Bolloré. Un nouvel appel d’offres comme le Pay per View pourrait ainsi s’avérer fatal pour de nombreux dirigeants, laissant la porte ouverte aux investisseurs étrangers…

 

Crédit photo: Canal Plus, Paris Match.

P