Ligue 1 : Nantes, Metz, Le Havre, Lorient, Clermont : qui a vraiment le pire calendrier ?

4 finales. Il reste 4 finales avant de clore le millésime 2023/2024 de Ligue 1 Uber Eats. Mais, entre Metz, Le Havre, Nantes, Lorient et Clermont, qui dispose vraiment du pire calendrier ? 
Jamais ou presque le mot « calendrier » n’est revenu plus souvent à la bouche de tous les supporters en cette fin de saison. Tour d’horizon.
Nantes 14ème : 31 points. Indice de difficulté : 8/10.

Malgré des précieux succès à Nice ou plus récemment au Havre, Nantes reste fragile. Les cinq défaites sur les sept dernières rencontres peuvent en témoigner. Une fragilité qui ne sera pas facile à corriger au vu du calendrier qui attend les hommes de Kombouaré : déplacement à Montpellier (12ème), à Brest (3ème), réception de Lille (4ème) et enfin déplacement à Monaco (2ème). Un calendrier démentiel qui doit faire grincer des dents du côté de la Beaujoire.

Compte tenu des adversaires futurs (face à trois membres du Big 4 ainsi que de la répartition des matchs (un seul à domicile, trois à l’extérieur), Nantes semble bien disposer du pire calendrier. D’autant que chacun de ses adversaires ont encore un rôle à jouer. Alors avant d’analyser ses concurrents, l’indice de difficulté du calendrier nantais est très élevé. Peut-être un coup à jouer à Montpellier ? Un Brest fatigué ? Rien n’est moins sûr et les dirigeants nantais doivent déjà bien cogiter.

sociosfcmetz
Metz 15ème : 29 points. Indice de difficulté : 6/10.

Véritablement relancé après deux succès ultra importants face à Lens et au Havre, Metz sourit enfin. Et, semble-t-il, au meilleur des moments. Tout comme Nantes, il reste 4 matchs aux Grenats dans cet exercice. Et là encore, pas des plus aisés. La réception de Lille (4ème), sera suivie de celle de Rennes (7ème), d’un déplacement à Strasbourg (13ème) et d’une réception de Paris (1er). Trois matchs à domicile donc, contre un seul loin de St-Symphorien (et encore pas si loin…).

L’avantage de ce calendrier c’est le timing. En effet, les deux derniers matchs pourraient, au conditionnel, offrir à Metz des adversaires à l’esprit plus léger. D’une part, Strasbourg qui n’aurait plus grand chose à jouer et d’autre part Paris, qui, s’il avait la bonne idée de se qualifier en finale de Ligue des Champions, et étant déjà champion de France, aurait peut-être le regard tourné ailleurs.

En somme, bien que décrit comme le calendrier le plus difficile des équipes en queue de peloton, celui de Metz semble déjà moins éprouvant que celui des Canaris, bien que Strasbourg ait envie de son derby, et que finalement, Paris reste Paris.

Le Havre 16ème 28 points. Indice de difficulté : 7/10.

Dans le dur. Et c’est peu de le dire. Les Hacmens traversent, au pire des moments, la plus mauvaise période de leur saison. Avec une seule victoire sur les douze derniers matchs et huit défaites sur les dix derniers, les Ciel et Marine semblent prendre la tempête de plein fouet. Et la suite des évènements n’est pas des plus rassurantes : un déplacement à Paris (1er), suivi de la réception de Strasbourg (13ème), d’un déplacement à Nice (5ème) avant de clôturer la saison face à Marseille (9ème).

Déjà, au vu des déclarations du président havrais sur le manque de respect dont aurait fait preuve Paris vis à vis de son équipe-bis alignée face à Clermont, nul besoin de dire que Paris va jouer ce match à fond. Et un PSG à 100%, qui plus est à domicile, ce n’est jamais rassurant.

La réception de Strasbourg, elle, sonnerait presque comme le rendez-vous immanquable de cette fin de saison. La victoire apparaît comme obligatoire pour continuer à espérer. Trois points vitaux car derrière, Nice tentera le tout pour le tout pour chercher l’Europe et même la Ligue des Champions.

Marseille, qui viendra jouer au stade Océane lors de la dernière journée n’est pas non plus un cadeau. Luka Elsner a du souci à se faire !

Lorient 17ème 26 points. Indice de difficulté : 6,5/10.

Après un mois de février quasi parfait avec 3 succès, dont un à Metz, puis une victoire à Rennes dont on pensait qu’elle scellerait le maintien quelques matchs plus tard, revoilà les Merlus dans les bas-fonds du classement. La faute à ses cinq derniers matchs de très mauvaise facture avec un seul point de pris, et miraculeux, à la 90+4’ sur la pelouse de Monaco (2-2). Seul club à disposer de cinq matchs pour le sprint final, Lorient devra faire face à Paris (1er), Toulouse (11ème), Lens (6ème), Marseille (9ème) et Clermont (18ème). 3 matchs à domicile, deux à l’extérieur, à Lens et Marseille. Deux des terrains les plus compliqués du championnat.

Alors, la navire orange va-t-il le faire ? Premièrement, Paris a l’occasion d’être titré sur la pelouse du Moustoir ce soir. Une motivation supplémentaire pour les Parisiens qui ne devraient pas s’en priver. Par la suite, comme Le Havre face à Strasbourg, Lorient aura son match à gagner face à Toulouse à domicile. Une rencontre à ne louper sous aucun prétexte pour les hommes du président Ferry, sous peine de voir s’envoler tous les espoirs en cas de défaite.

En effet, en enchaînant deux déplacements consécutifs à Lens et Marseille (jouant tous deux l’Europe) juste après, le sort pourrait déjà être scellé pour les Lorientais, avant même de jouer Clermont à la maison pour la dernière journée. Considérant tout de même que Lorient a un match « bonus » de plus que les autres et que la dernière journée pourrait, là aussi au conditionnel, se jouer face à une équipe de Clermont déjà reléguée, l’indice de difficulté est légèrement plus faible que celui du Havre. Mais plus élevé que celui de Metz.

Clermont 18ème 22 points. Indice de difficulté : 7,5/10.

Auteur d’un seul succès sur les douze dernières rencontres disputées, et au classement bon derniers, Clermont semble bel et bien le premier candidat à être appelé en Ligue 2 dans les prochains jours. Condamné à décrocher au minimum deux succès sur cette fin de la saison (en quatre matchs), les espoirs semblent s’éteindre peu à peu. Et ce n’est pas le calendrier qui y changera quelque chose : Reims (10ème), Monaco (2ème), Lyon (8ème) et Lorient (17ème) sont au menu.

Alors oui, Reims à domicile pourquoi pas. Mais avant de s’écrouler dans le sprint final, le Reims de Will Still était bien séduisant. Et nul doute que de leur côté, ils reprendront rapidement la marche en avant. Le match aller en avait par ailleurs témoigné avec la victoire des locaux deux buts à zéro. Ajoutez à cela un déplacement suicidaire à Monaco sur le rocher, une réception de la deuxième meilleure équipe de Ligue 1 en 2024, Lyon, et un déplacement au Moustoir qui pourrait être décisif pour le maintien de Le Bris et ses hommes… Parti de trop loin dans cette course effrénée au maintien et ne bénéficiant pas du calendrier le plus favorable du monde non plus, vous l’aurez donc compris, à Clermont, ça ne sent pas bon.

Ironie du calendrier, ces cinq équipes ont donc des rendez-vous assez compliqués. Mais, de notre point de vue, Metz aurait finalement le moins étriqué. Alors, au vu de ces prochaines échéances, qui voyez-vous se sauver ? Et qui va finalement tomber ?

M.G.

Crédit photo : Icon Sport

socios-fcmetz.com 

www.socios-fcmetz.com

P