FC Metz – Amiens SC : Philippe Hinschberger : « très excité de revenir sur mes terres »

A la veille de la réception d’Amiens dans le cadre de la première journée de championnat, l’entraîneur picard Philippe Hinschberger, passé par le banc messin, s’est confié devant les caméras de Moselle TV.

Pour débuter l’entretien, le technicien a commencé par aborder le précédent exercice des messins : « Le club a réalisé une saison étrange. Il aurait dû être condamné, au vu du nombre de points cumulés, bien avant la dernière journée, mais la tournure des choses a fait qu’il n’a finalement pas manqué grand-chose pour avoir une chance de se maintenir. Je repense notamment au match de Montpellier, finalement perdu alors que l’équipe menait 2-0 à dix minutes du terme. Ça fait mal, forcément. Mais vous savez, quand on est pris à plein temps dans un autre club, il est compliqué de suivre de près ce qu’il se passe ailleurs ». Il a souligné avec insistance les ressources dont dispose le club pour ne pas sombrer : « Le FC Metz maîtrise le fait de savoir relever la tête après une descente en Ligue 2. Ça n’est pas forcément le cas de Bordeaux ou de Saint-Etienne. De plus, le club n’est pas en difficulté sur le plan financier, et c’est un très bon point ».

“Je me vois très bien entraîner l’ASNL”

Reconnaissant la qualité de l’effectif actuel, il a également soutenu l’action du Président : « Le Président Serin a fait ses choix et sait ce qu’il fait. Je ne suis pas à sa place, mais je pense que le nouvel organigramme tient la route. Concernant le capitanat, c’est magnifique que Matthieu Udol ait été choisi. C’est un enfant du pays, né à Marly et formé au club. C’est important de garder ce côté « enraciné » […] Je place beaucoup d’espoir en Youssef Maziz, qui a tout le potentiel pour devenir un titulaire à part entière cette saison ». Le natif d’Algrange a également commenté les récentes arrivées d’anciens grenats dans les rangs de l’ASNL : « Je pense qu’il faut arrêter les conneries. A titre personnel, je me vois très bien entraîner l’ASNL. Vincent Hognon et László Bölöni ont bien fait le chemin inverse d’Albert Cartier. Il faut que la rivalité entre Metz et Nancy demeure saine, c’est qui n’est pas forcément le cas aujourd’hui ». L’entraîneur amiénois n’en est pas à son coup d’essai, expérimenté, il sait que la saison sera relevée et place le FC Metz dans ses favoris pour la montée finale.

A.V.

www.socios-fcmetz.com

Crédit photo : Socios FC Metz

P