[Revue de presse,21 éme journée de L2] Valenciennes FC-FC Metz

Le Républicain Lorrain

Football : le FC Metz s’est sabordé à Valenciennes

Le FC Metz s’est incliné hier à Valenciennes dans un match qu’il n’aurait pas dû perdre (2-1). Deux erreurs ont précipité sa chute.

jonathan-rivierez-et-les-messins-ont-chute-hier-soir-a-valenciennes-photo-maxppp
Jonathan-Rivierez et les messins ont chute hier soir a valenciennes photo maxppp

Après avoir donné à Nîmes sa première victoire de la saison, le FC Metz a encore joué au bon samaritain avec une équipe en souffrance dans ce championnat. Valenciennes aura en effet dû attendre 2016 et le passage des Grenats pour offrir un premier succès à domicile à son public. Ils n’étaient certes que 6 258 âmes à suivre l’affaire dans les travées du Stade du Hainaut, mais ces trois points ont bien été vécus comme un événement dans ce coin du Nord. Et comme un petit coup de massue sur les calebasses lorraines évidemment…

De notre envoyé spécial à Valenciennes

Le mandat de Philippe Hinschberger sur le banc messin devra donc souffrir une défaite dès la deuxième sortie de ses protégés. C’est gênant car le podium était envisageable à l’issue de ce déplacement chez un adversaire diminué. Il est surtout dommage de quitter ce stade les poches vides quand on a dominé l’entame du match et l’essentiel de la deuxième période.

Doublé de Diarra

Pour le coup, le FC Metz ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Et pour cause : la petite période de flottement qui suit un but est un grand classique du football et le principal tort des Grenats hier. Deux minutes après l’ouverture du score, sur un coup franc excentré de Ngbakoto dévié par Perquis dans ses cages (35e ), les Mosellans ont commis l’erreur de se relâcher et ils ont été punis en conséquence. Sur un centre parti de la gauche, Sigamarry Diarra a glissé sa tête et surpris une équipe démobilisée (1-1, 37e ).

Le deuxième but n’est guère plus glorieux. Sur un tir de Da Costa contré par Rivierez, aucun défenseur n’est venu à la rescousse pour empêcher Diarra de s’offrir un doublé dans un angle fermé, qui a soulagé la nation valenciennoise (2-1, 81e ). Une semaine après sa démonstration de combativité face à Sochaux (1-0), Metz a donc pris une leçon contre des Nordistes vainqueurs aux tripes. Et, cette fois, les entrées en jeu des deux Burkinabés, Kaboré et Sido, n’ont pas inversé le cours de cette rencontre. Les Grenats, de manière générale, se sont montrés trop inoffensifs devant le but et souvent peu inspirés dans leurs constructions en attaque. À ce titre, il sera instructif de voir ce que la recrue, Christian Bekamenga, pourra apporter en la matière.

Il faudra toutefois retenir ce pétard de Krivets claqué en corner par Perquis (4e ), la sortie du même gardien devant Ngbakoto (28e ) ou encore ce tir contré de Kaboré (68e ) au moment où Metz poussait pour l’emporter. En guise de ripostes, Valenciennes avait frappé par Diarra (31e ) et sur un coup franc de Mbenza qui a léché le poteau (42e ). Un nul n’aurait pas été immérité à l’arrivée mais le football ne s’embarrasse pas toujours des diktats de la logique. Le FC Metz devra vivre avec ce constat cette semaine et trouver des solutions pour apporter une autre réponse ce vendredi, face à Créteil. Nicolas Rabuel, lui, pourra céder tranquillement sa place d’entraîneur à Faruk Hadzibegic. Il a conclu son intérim sur une première victoire. Merci qui ? Merci les Grenats…

Christian JOUGLEUX.

le chiffre 2

FC METZ. Le scénario était pourtant idéal : sur la pelouse d’une équipe de Valenciennes mal le point, les Messins l’emportaient et retrouvaient le podium. Au lieu de ça, ils se sont inclinés (2-1) et restent donc à distance de ces trois premières places synonymes de montée en Ligue 1. Le troisième, Clermont, n’est néanmoins qu’à deux points.

Triste 100e pour Ngbakoto

Le capitaine messin vivait son 100e match de L2 hier. Il est à l’origine du but grenat mais Metz a perdu…

si-yeni-ngbakoto-est-a-l-origine-de-l-ouverture-du-score-cela-n-a-pas-suffi-aux-messins-qui-repartent-de-valenciennes-les-mains-vides-photo-maxppp-1453154808
Si-Yeni Ngbakoto est a l origine de l ouverture du score cela n a pas suffi aux messins qui repartent de-valenciennes les mains vides photo maxppp

La compo. Philippe Hinschberger n’a procédé à aucun changement parmi les titulaires alignés la semaine précédente face à Sochaux (0-1), à l’exception, bien sûr, de José Palomino, suspendu, qui a cédé sa place en défense à Guido Milan. Pour le reste, l’entraîneur a donc reconduit ce système en 4-2-3-1, avec Yeni Ngbakoto en pointe pour le centième match de Ligue 2 de sa carrière.

Le gardien. Les buts encaissés, encore une fois, seront difficiles à lui reprocher. Il aurait fallu des réflexes de folie pour sauver Metz. Du reste, Thomas Didillon n’a pas abattu un travail monstre hier, sinon sur un centre de Mbenza (30e ) ou un tir excentré de Diarra (31e ). Le gardien, par ailleurs, est aussi sauvé sur la ligne par la tête de… Fadil Sido.

La défense. Prise en flagrant délit de lenteur parfois et souvent peu regardante sur la qualité de ses sorties de balle, la défense messine n’a pas donné de grands gages de sécurité hier. Elle n’endossera pourtant pas seule la responsabilité du premier but valenciennois car c’est un groupe entier qui s’est rendu coupable de déconcentration après l’ouverture du score. Pour le deuxième, en revanche, Rivierez a contré Da Costa mais il n’a pas été aidé par ses coéquipiers quand Diarra a déboulé pour battre Didillon.

Le milieu. Krivets est apparu plus en jambes et inspiré sur certaines séquences, Ikaunieks ne rechigne pas à aller au mastic, Sassi a un toucher de balle évident et Mandjeck monte en puissance dans son rôle de récupérateur mais les Grenats n’ont pas toujours fait la loi au milieu de terrain et ils ont rarement servi leurs attaquants correctement. À l’heure du bilan, c’est forcément moyen.

L’attaque. En berne. Metz n’a pas croulé sous les occasions hier et s’en est remis à un coup franc de Ngbakoto pour débloquer son compteur (35e ). Malgré quelques incursions de Krivets et l’entrée volontaire de Kaboré, l’attaque a toujours souffert d’une construction défaillante.

La décla. « On a eu une semaine plutôt bonne, je suis surpris du rendu de ce soir. Défensivement, ce n’était pas si mal globalement. En revanche, offensivement, c’était le désert. Ce soir, on n’est pas au niveau d’une équipe qui veut monter en Ligue 1. » De Philippe Hinschberger , entraîneur contrarié, devant les caméras d’Eurosport.

Luxemburger Wort

Le FC Metz trop mou à Valenciennes

Janis Ikaunieks a manqué de muscle dans les duels et le FC Metz s'est fait piéger à Valenciennes Photo: Michel Dell'Aiera
Janis Ikaunieks a manqué de muscle dans les duels et le FC Metz s’est fait piéger à Valenciennes
Photo: Michel Dell’Aiera

Les Messins sont incroyables. Capables de prendre le meilleur sur Valenciennes (1-0) puis de laisser son adversaire lui marcher dessus (1-2). Sans attaquant de métier, Philippe Hinschberger et ses joueurs n’arriveront jamais à rejoindre la Ligue 1. Le revers grenat glace l’ambiance générale qui avait tendance à se réchauffer. Il faudra être plus consistant face à Créteil vendredi. Avec Christian Bekamenga bien entendu.

Par Hervé Kuc

Le match et sa note. Le FC Metz a très bien débuté sa partie face à Valenciennes mais il l’a surtout très mal terminée! Krivets, d’une frappe limpide de plus de vingt mètres (5e) aurait pu permettre aux siens de prendre les devants mais Perquis, le portier local, a réussi une claquette salvatrice. Un acte important même si les Mosellans vont prendre logiquement les devants sur un coup franc de Ngbakoto expédié dans son but par Perquis d’un pied fautif (1-0, 35e). Un avantage que les hommes de Philippe Hinschberger ne vont conserver que pendant deux minutes, le temps pour le Valenciennois Diarra de devancer Rivierez et de mystifier le malheureux Didillon (1-1, 37e). Ensuite, les coéquipiers de Ngbakoto vont être sauvés par leur poteau (42e) puis par Sido (66e) avant de s’effondrer sur un dégagement malheureux de Rivierez qui va profiter au pied adroit de Diarra qui ajustera le gardien messin (2-1, 81e). Un revers incompréhensible mais qui souligne les terribles maux offensifs du FC Metz. Vite, Bekamanga!

Un 9/20 pour une formation messine inconsistante et qui a offert à Valenciennes son premier succès de la saison à domicile. Bravo.

Les joueurs et leur note. Diddillon (5/10) a raté une relance à la main (31e) et a été abandonné par son axe défensif sur l’égalisation valenciennoise. En défense, Gomes (5,5) a été présent sur son flanc gauche et son envie de bien faire est maintenant flagrante. Dans l’axe, Rivierez (3,5) est resté statique sur le but de VA et ses relances ont souvent été imprécises. Milan (5,5) a été solide mais son manque de rythme est évident. Métanire (5,5) a été touché à la cheville gauche, mais avant cela, il avait fait preuve d’abnégation même si certains de ses centres manquent encore de précision. Au milieu, Sassi (5,5) a touché beaucoup de ballons, s’est mis à tacler pour la première fois en Moselle mais a disparu de la circulation dans le dernier quart d’heure. Mandjeck (5) n’a pas pesé autant qu’il avait su le faire face à Sochaux. Krivets (4,5) est trop juste physiquement et paye cash sa mise au placard sous l’ère Riga, Ikauniek (4,5) étant dans la même situation. Kehli (5) a du talent mais manque de punch et de percussion. En attaque, Ngbakoto (5,5) n’est uniquement dangereux que sur coups de pied arrêtés : il n’est pas un attaquant de pointe.

Le constat du match. «Notre rendement offensif a été trop insuffisant. J’ai l’impression que nous pourrions jouer longtemps sans marquer.» Philippe Hinschberger ne fait pas de langue de bois quand il s’agit d’analyser le rendement offensif de sa formation. Christian Bekamenga, le dernier arrivant, devrait donc être de la partie ce vendredi face à Créteil à Saint-Symphorien. Et un nouveau renfort offensif pourrait même débarquer en Moselle avant la fin du marché hivernal.

Le classement. Si Nancy (43 points) domine la Ligue 2, si Dijon (2e, 41) le suit de près, derrière la situation est très ouverte. Le FC Metz (4e, 33) est à deux unités du Havre (3e, 35) mais Clermont (34) et Lens (33) sont également dans le coup. Les Messins accueilleront Créteil ce vendredi (22e journée). Avec de nouveau l’obligation de vaincre. Comme d’habitude depuis de longues semaines. Sacré coup de froid à Valenciennes!

La Voix du Nord

Foot – L2 : une victoire convaincante face à Metz, Valenciennes l’a fait !

Les Nordistes ont renversé une situation mal embarquée grâce à un doublé de Diarra (37 e , 81 e ) sous le regard de Faruk Hadzibegic, dont l’arrivée sur le banc de VA a été officialisée vendredi. Photo Didier Crasnault
Les Nordistes ont renversé une situation mal embarquée grâce à un doublé de Diarra (37 e , 81 e ) sous le regard de Faruk Hadzibegic, dont l’arrivée sur le banc de VA a été officialisée vendredi. Photo Didier Crasnault

Ça va mieux pour VA, qui a remporté lundi soir sa première victoire de la saison à domicile face à Metz (2-1), l’un des favoris pour la montée. Il prend ses distances (quatre points) avec la zone rouge et salue l’arrivée de son nouvel entraîneur par un succès probant qui doit lui ramener la confiance.

Image singulière au coup de sifflet final : réfugié à son poste d’observation en tribune de presse, Faruk Hadzibegic a célébré la victoire en tombant dans les bras de… David Le Frapper, son prédécesseur, qui a suivi le match à son côté, tandis que Nicolas Rabuel et le staff enlaçaient les joueurs sur la pelouse.

Il s’en passe toujours de belles à Valenciennes et lundi on a de nouveau vécu une soirée de foot qui a souri aux locaux et peut-être jeté aux orties la crise de l’hiver. Avec une belle communion finale entre les joueurs et le public, à la diète depuis tellement longtemps.

Tout cela mérite bien sûr une confirmation, peut-être dès vendredi à Bourg-en-Bresse. Mais en attendant, l’envie manifestée par les Nordistes pour renverser un scénario mal introduit est une fois de plus rassurante, si l’on tient compte du bon comportement à Auxerre lors de la journée précédente (1-1).

La première période fut assez paradoxale pour VA. Après dix minutes d’extrême prudence où Metz alluma une mèche avec une frappe de Krivets sortie de la lucarne par Perquis (5e), les Nordistes parvinrent à prendre le jeu à leur compte en trouvant de bons appuis sur Da Costa. Il fallut toutefois une boulette glacée de Perquis pour lancer le match. Le gardien laissa glisser sur sa jambe et dans son but un coup franc vicieux de la gauche de Ngabkoto, qui feinta le centre pour mieux surprendre au premier poteau (0-1, 35e). VA sut vite s’en remettre en égalisant deux minutes plus tard par Diarra, d’une belle tête plongeante à la réception d’un centre de Niakhaté (1-1, 37e). Les Nordistes faillirent même prendra l’avantage avant la pause, avec un coup franc de Mbenza qui s’écrasa sur le poteau (42e).

Bien dans son match, VA sut garder l’ascendant et sa concentration lors d’une seconde période intense. Après une double occasion pour Nestor et Yamissi (65e), Metz eut lui aussi un temps fort sur coup de pied arrêté (68e). Les défenses s’accrochaient mais celle des Lorrains céda sur une belle passe de Fulgini qui trouva le gladiateur Da Costa dans la profondeur. L’attaquant fut contré mais le ballon revint vers Diarra, pour le doublé d’un bel intérieur du pied gauche (2-1, 81e). L’année 2016 est bien repartie au Hainaut.

PAR RICHARD GOTTE

Victoire convaincante face à Metz, Valenciennes l’a fait !

Les Valenciennois se sont imposés. - PHOTO DIDIER CRASNAULT
Les Valenciennois se sont imposés. – PHOTO DIDIER CRASNAULT

Image singulière au coup de sifflet final : réfugié à son poste d’observation en tribune de presse, Faruk Hadzibegic a célébré la victoire en tombant dans les bras de… David Le Frapper, son prédécesseur, qui a suivi le match à ses côtés, tandis que Nicolas Rabuel et le staff enlaçaient les joueurs sur la pelouse. Il s’en passe toujours de belles à Valenciennes et hier on a de nouveau vécu une soirée de foot qui a souri aux locaux et peut-être jeté aux orties la crise de l’hiver. Avec une belle communion finale entre les joueurs et le public, à la diète depuis tellement longtemps.

Tout cela mérite bien sûr une confirmation, peut-être dès vendredi à Bourg-en-Bresse. Mais en attendant, l’envie manifestée par les Nordistes pour renverser un scénario mal introduit est une fois de plus rassurante, si l’on tient compte du bon comportement à Auxerre lors de la journée précédente (1-1).

La première période fut assez paradoxale pour VA. Après dix minutes d’extrême prudence où Metz alluma une mèche avec une frappe de Krivets sortie de la lucarne par Perquis (5e), les Nordistes parvinrent à prendre le jeu à leur compte en trouvant de bons appuis sur Da Costa. Il fallut toutefois une boulette glacée de Perquis pour lancer le match. Le gardien laissa glisser sur sa jambe et dans son but un coup franc vicieux de la gauche de Ngabkoto, qui feinta le centre pour mieux surprendre au premier poteau (0-1, 35e). VA sut vite s’en remettre en égalisant deux minutes plus tard par Diarra, d’une belle tête plongeante à la réception d’un centre de Niakhaté (1-1, 37e). Les Nordistes faillirent même prendra l’avantage avant la pause, avec un coup franc de Mbenza qui s’écrasa sur le poteau (42e).

Bien dans son match, VA sut garder l’ascendant et sa concentration lors d’une seconde période intense. Après une double occasion pour Nestor et Yamissi (65e), Metz eut lui aussi un temps fort sur coup de pied arrêté (68e). Les défenses s’accrochaient mais celle des Lorrains céda sur une belle passe de Fulgini qui trouva le gladiateur Da Costa dans la profondeur. L’attaquant fut contré mais le ballon revint vers Diarra, pour le doublé d’un bel intérieur du pied gauche (2-1, 81e). L’année 2016 est bien repartie hier soir au Hainaut.

PAR RICHARD GOTTE et PHILIPPE GUILBAUD

Le Quotidien

Les Grenats prennent froid

FC METZ Trop faibles, les hommes de Philippe Hinschberger se sont inclinés hier soir à Valenciennes (2-1), ratant l’occasion de revenir dans le trio de tête.

Le sursaut des Messins aperçu contre Sochaux (1-0) la semaine dernière pour la première de Philippe Hinschberger sur le banc n’aura pas duré longtemps. En effet, les Grenats se sont inclinés hier soir sur la pelouse du stade du Hainaut face à une équipe de Valenciennes mal classée mais qui est parvenue à empocher trois précieux points dans sa course au maintien. Tout avait pourtant bien débuté pour les Messins avec l’ouverture du score de Yeni Ngbakoto sur un coup franc excentré frappé au premier poteau et sur lequel Perquis, le portier nordiste, se fit surprendre et dévia le ballon dans son propre but (0-1, 35e). Mais pas le temps de saL vourer que Valenciennes revenait au score par Sigamary Diarra (1-1, 37e). Ce même Diarra qui, en seconde période, inscrira le but de la victoire (2-1, 81e), la première de Valenciennes sur sa pelouse cette saison…

L’Equipe

Ligue 2 : Valenciennes (2-1 contre Metz) remporte son premier match à domicile

Valenciennes s'est imposé grâce à un doublé de Sigamary Diarra. (Archives L'Equipe)
Valenciennes s’est imposé grâce à un doublé de Sigamary Diarra. (Archives L’Equipe)

Nommé entraîneur de Valenciennes il y a trois jours, Faruk Hadzibegic n’était pas sur le banc ce lundi soir contre Metz, mais c’est sous ses yeux que l’équipe emmenée par l'”intérimaire” Nicolas Rabuel, a enfin gagné cette saison au Stade du Hainaut contre le FC Metz (2-1), 5e du Championnat. VA gagne une place (14e) tandis que les Lorrains concèdent leur quatrième défaite en cinq matches et échouent à recoller au podium.

VA a répondu au but messin deux minutes plus tard

Metz a pourtant mis la pression d’entrée avec une frappe de Krivets claquée par Perquis (4e) et a ouvert le score sur un coup franc de N’Gbakoto que le gardien de VA a dégagé au pied… dans son but (36e). VA a réagi très vite puisque deux minutes plus tard une combinaison côté gauche a débouché sur un centre coupé par Sigamary Diarra d’une tête plongeante, superbe (37e).

Mbenza a ensuite trouvé le poteau sur un coup franc que personne n’a touché (42e) puis Enza-Yamissi a eu une nouvelle occasion de marquer pour les Nordistes mais sa reprise a fui la lucarne de Didillon (65e). VA a fait la décision en fin de rencontre grâce à son premier buteur qui a bien suivi une frappe de Da Costa (81e, doublé de Diarra).

L’Essentiel.lu

Le FC Metz n’a rien pu faire à Valenciennes

Le club grenat s’est incliné lundi sur la pelouse de Valenciennes (2-1), pour la 21e journée de Ligue 2 et reste bloqué à la cinquième place du championnat.

Yeni Ngbakoto a ouvert le score pour le FC Metz. (photo: Editpress)
Yeni Ngbakoto a ouvert le score pour le FC Metz. (photo: Editpress)

Le FC Metz n’a pas réussi à confirmer. Vainqueur de Sochaux la semaine dernière, les Grenats se sont inclinés lundi soir sur le terrain de Valenciennes (2-1), en match en retard de la 21e journée de Ligue 2.

Le capitaine Yeni Ngbakoto avait pourtant débloqué la situation sur un coup franc heureux. Surpris par la puissante trajectoire du ballon, le gardien de VA Damien Perquis n’a pu que repousser le ballon dans ses propres buts (35e). Mais sous le regard de Faruk Hadzibegic, dont l’arrivée sur le banc de VA a été officialisée vendredi, les Nordistes ont réussi à renverser la vapeur grâce à un doublé de l’expérimenté Sigamary Diarra (37e, 81e). Sur un centre venant de la gauche, il égalisait dans la foulée en devançant une défense amorphe pour placer une astucieuse tête décroisée. Profitant d’une nouvelle erreur de la défense messine, l’ancien Lorientais doublait la mise en fin de match en ajustant parfaitement du gauche le portier adverse.

Cette défaite n’arrange évidemment pas le FC Metz, qui reste cinquième au classement. La lutte pour la montée sera disputée jusqu’au bout, avec cinq équipes qui se tiennent en trois points, entre la 3e et la 7e place.

 

 

 

 

P