[Revue de presse,32 éme journée de L2] FC Metz – Chamois Niortais FC

Le Républicain Lorrain

Le FC Metz enchaîne

Si Habib Diallo a inscrit tous les buts messins, Kévin Lejeune était systématiquement à l’origine de ces actions. Photo Pascal BROCARD
Si Habib Diallo a inscrit tous les buts messins, Kévin Lejeune était systématiquement à l’origine de ces actions. Photo Pascal BROCARD

Face à Niort (2-0), le FC Metz a signé une troisième victoire consécutive en Ligue 2 et maintenu la pression sur ses devanciers. Habib Diallo, la sensation du moment, s’est encore fendu d’un doublé.

Il faut rendre grâce à Habib Diallo. L’attaquant sénégalais du FC Metz a inscrit, ce vendredi, le premier but de cette 32e journée de Ligue 2 et mis un terme à l’incroyable mutisme de ce championnat durant 37 minutes. Son coup de tête, sur un corner de Lejeune, a présenté une seconde vertu, autrement plus essentielle : il a lancé la victoire des Grenats contre une équipe de Niort peu convaincante mais suffisamment résistante pour gêner les Mosellans le temps d’une grosse demi-heure. Naturellement, cela ne pouvait pas durer. Heureusement, cela n’a pas duré !

Le FC Metz, dans son ensemble, doit être reconnaissant de Diallo en ce début avril car il est la réponse à tous ses grincements offensifs. Ce garçon met de l’huile dans des rouages enrayés et il affiche, mine de rien, un bilan de sept buts en six matches depuis sa première titularisation le 22 février. Car c’est encore lui, confiance au taquet et réussite au rendez-vous, qui a sécurisé l’avance lorraine en héritant d’un tir écrasé de Ngbakoto, au bout d’un coup franc de Lejeune, pour crucifier Delecroix (2-0, 59e ). Juste avant l’heure de jeu, le timing parfait. Dès lors, Metz ne risquait plus grand-chose dans cette soirée.

Derrière Le Havre

Les Grenats ont finalement fait le métier à Saint-Symphorien, avec un troisième succès consécutif qui les laisse à l’affût du podium, derrière Le Havre, tombeur de Laval (2-0). La pression voyagera donc jusqu’à Beauvais, ce lundi, où le Red Star devra se débarrasser du Paris FC pour reprendre son bien. La lutte pour la montée reste bel et bien passionnante.

Cette partie le fut un peu moins, dans sa première moitié en tout cas. Metz s’est certes procuré plusieurs occasions, par Diallo (15e , 17e ) ou Reis (25e ), mais il s’est toujours trouvé un gardien ou une maladresse pour contrarier ses intentions. La lumière aurait également pu venir d’un missile de Balliu, mais un défenseur niortais a pu effleurer le ballon, parti mourir en corner (21e ).

Au moins, cette fois, les hommes de Philippe Hinschberger n’ont pas attendu d’être menés pour prendre les devants. C’est le petit progrès de cette soirée bouclée tranquillement. Sans un but refusé pour hors-jeu à Milan (56e ) ou ces interventions de Delecroix sur des tentatives de Candeias (46e ), Mandjeck (47e ) et Ngbakoto (86e ), Niort aurait d’ailleurs dégusté dans des proportions plus conséquentes. Naturellement, Saint-Symphorien a évité de faire la fine bouche sur le coup. Ce stade a été suffisamment déboussolé cette saison pour bouder le plaisir d’une victoire enfin nette et sans accroc.

Hormis quelques sifflets tombés sur des centres ratés, le public a même semblé prendre plaisir en fin de compte. Il appartient désormais aux Grenats de capitaliser sur ce succès retrouvé et la renaissance du soutien. Metz aura encore besoin de victoires et de ferveur autour de lui pour remplir son objectif. D’autres marches l’attendent. Plus glissantes sans doute. Mais si Diallo reste en feu…

Christian JOUGLEUX.

Habib Diallo, tarif maison

Meilleur après le repos, Daniel Candeias a mis le gardien niortais à contribution avec une belle frappe (46 e). Photo Pascal BROCARD
Meilleur après le repos, Daniel Candeias a mis le gardien niortais à contribution avec une belle frappe (46 e). Photo Pascal BROCARD

Cela devient une bonne habitude. Comme face à Brest et Ajaccio, Habib Diallo a inscrit un doublé à Saint-Symphorien. Préféré à Bekamenga en pointe, le Sénégalais a parfaitement répondu aux attentes placées en lui.

DIDILLON. Assez peu sollicité, le dernier rempart messin s’est bien couché sur une frappe de Selemani (8e ) et a joliment taclé Dona Ndoh (36e ). Une petite frayeur avec une faute de main sans conséquence sur une tentative de Djigla (76e ).

BALLIU. De l’activité et de l’énergie à revendre pour le joueur formé à Barcelone. Une bonne frappe qui est allée mourir à deux doigts du poteau de Delecroix (21e ). Copie propre.

MILAN. Un bon retour d’entrée devant Omrani (1re ), un autre face à Dona Ndoh (34e ). Serein, le défenseur argentin s’est aussi vu refuser un but pour hors-jeu (56e ). Metz a retrouvé son patron.

RIVIEREZ. Atypique dans ses interventions et ses relances, le défenseur est revenu à temps pour empêcher la frappe de Selemani (14e ). Il est aussi coupable d’une perte de balle dangereuse devant Dona Ndoh (50e ) mais s’est rattrapé en empêchant Omrani de marquer (61e ).

UDOL. Pour sa deuxième titularisation, le jeune latéral a séduit Saint-Symphorien en étant notamment à l’origine d’un excellent mouvement offensif (17e ). Des interventions avec à propos et du culot. À revoir !

MANDJECK. Le milieu de terrain camerounais a alterné les récupérations viriles et les relances ratées. Exemple : il chipe le ballon à Koukou mais sa passe pour Lejeune est trop profonde (28e ). Une belle action offensive conclue par une frappe cadrée (47e ).

REIS. Aligné au milieu de terrain, le Portugais a parfois été brouillon mais il s’est signalé par un ballon récupéré dans les pieds de Koukou suivi d’une frappe non cadrée (25e ). A gâché une belle opportunité en tirant au-dessus malgré l’appel de Ngbakoto, mieux placé (72e ).

CANDEIAS. Timide en début de rencontre, l’ailier portugais a failli surprendre Delecroix en contrant son dégagement (16e ). Meilleur après le repos, il a mis le gardien niortais à contribution avec une belle frappe (46e ). Suppléé par Kaprof (87e ), qui a mal négocié un duel avec le portier (90e +3).

LEJEUNE. Le capitaine messin a, comme souvent, tenté de casser les lignes au milieu de terrain. Il a tout de même parfois trop porté le ballon mais est à l’origine des deux buts. Une merveille de centre en première intention pour Milan (56e ). Remplacé par Doukouré (74e ), dont le volume de jeu risque de faire du bien dans les semaines à venir.

NGBAKOTO. Il a parfois fait preuve de nervosité mais a involontairement offert un caviar à Habib Diallo sur le deuxième but grenat (59e ). Beaucoup de mouvement et de provocation, souvent sans suite, et un manque de précision, comme sur ce face-à-face avec Delecroix en fin de match (86e ).

DIALLO. Philippe Hinschberger avait choisi de lui confier les clés de l’attaque messine. Le Sénégalais a tenté sa chance par deux fois (15e , 17e ) avant d’ouvrir le score de la tête (37e ) et de doubler la mise après le repos (59e ). Ses sixième et septième buts de la saison. Remplacé par Bekamenga (79e ), qui a eu le temps de se procurer une occasion (90e +3).

Angelo SALEMI.

Choplin fidèle à lui-même

Les Niortais n’ont pas livré une grande partie de football hier soir. Le gardien, Paul Delecroix , a souvent été mis en difficulté sur des mauvaises passes de ses défenseurs. Pour son grand retour à Saint-Symphorien, Jérémy Choplin a été combatif comme d’habitude. Son compère de la charnière centrale, Frédéric Bong , a parfois souffert face à Diallo ou Ngbakoto. Natif de Freyming-Merlebach, Abdelhakim Omrani a touché beaucoup de ballons au milieu de terrain et a été à l’origine de quelques situations chaudes. Kiki et Koukou ont connu une soirée compliquée alors que Faïz Selemani a affiché beaucoup d’activité.

« Notre destin nous appartient »

Philippe Hinschberger, entraîneur du FC Metz : « Le score aurait pu être plus large… J’ai trouvé mon équipe relativement tendue en première mi-temps. J’ai senti de petits atermoiements, vu des erreurs un peu bêtes, on n’était pas en pleine confiance. Avec l’ouverture du score, on a eu plus d’espaces. […] Je n’ai pas d’avis sur les résultats des autres. Chacun mène sa barque. Nous ne sommes pas les seuls. On a pris du retard à cause de notre mois de février mais, quoi qu’il arrive, notre destin nous appartient. »

Georges Mandjeck, milieu du FC Metz : « C’est une bonne victoire. Nous avons été dangereux durant les deux mi-temps et on a su gérer le match. Habib (Diallo) a marqué les esprits mais il l’avait déjà fait depuis longtemps. Il faut qu’il continue à aider l’équipe comme ça. En tout cas, je suis très content pour lui. Sinon, je trouve dommage que nos concurrents aient gagné leurs matches, mais il faut rester concentré sur ce qu’on a à faire. Là, on a joué contre une équipe qui lutte pour son maintien, et ce n’est pas facile non plus. »

Cheick Doukouré, milieu du FC Metz : « Par rapport à nos derniers matches, on a montré plus de consistance. Nous avons réussi à être plus tueurs dans des moments-clefs. Tout n’était pas parfait mais il y a des progrès. Cela faisait longtemps que l’on attendait d’avoir ce comportement devant notre public. Nous n’avons pas toujours livré de bonnes prestations ici et on souhaitait lui donner du plaisir, parce que ça nous aidera pour la suite aussi. Quant à la concurrence, un faux pas nous aiderait. On espère au moins que le Red Star va laisser quelques points… »

Carl Tourenne et Jean-Philippe Faure, entraîneurs de Niort : « On ne fait pas un mauvais match. On réussit à gêner Metz en première période mais on perd le match sur deux coups de pied arrêtés. Offensivement, on a été défaillant. »

Jérémy Choplin, défenseur de Niort : « Ça fait mal car on joue le maintien et il fallait prendre des points. On a fauté sur coups de pied arrêtés et on le paye cash. On a bien joué mais on a manqué de justesse. J’étais très content de revenir ici. J’ai vu Bernard Serin avant le match, je lui ai serré la main. Il n’y a pas de problème. »

Luxemburger Wort

Diallo et le FC Metz font l’affaire face à Niort

Toute la joie de Habib Diallo, double buteur messin ce vendredi soir contre Niort Photo: Michel Dell'Aiera
Toute la joie de Habib Diallo, double buteur messin ce vendredi soir contre Niort
Photo: Michel Dell’Aiera

Grâce à une prestation solide et consistante, le FC Metz a su dompter Niort (2-0) et sa nouvelle pépite, Habib Diallo, s’est offert un nouveau doublé. Les hommes de Philippe Hinschberger alignent un troisième succès de rang et se préparent à une fin de championnat très excitante.

Par Hervé Kuc

Le match et sa note

Le FC Metz a été cohérent, précis et a su écarter une formation niortaise bien trop impuissante en ses lignes offensives. Les Messins ont donc superbement lancé leur sprint final.

Par la grâce de la tête de l’excellent Habib Diallo (1-0, 37e), sur un corner botté par Lejeune, les Mosellans ont donc pris le meilleur après avoir essayé de bouger le cocotier adverse sur de timides tentatives de Candeias (16e) et Balliu (21e). Un avantage mérité car le onze grenat a évolué avec discipline, cohésion et a su se montrer patient.

Sous la houlette du duo Lejeune-Ngbakoto, le FC Metz va doubler la mise sur une combinaison réussie et un ballon qui va arriver sur ce diable de Diallo, placé une nouvelle fois en embuscade, et dont la frappe va transpercer le rideau défensif niortais (2-0, 58e).

Un break que les hommes de Philippe Hinschberger vont conserver avec une belle maitrise et une envie qu’il faudra à nouveau afficher lors des deux prochains déplacements à Bourg-en-Bresse et à Auxerre. Un excellent 15/20 qui sanctionne une prestation aboutie, un sérieux jamais démenti et une motivation intacte. On aime beaucoup.

Les joueurs et leur note

Didillon (6/10) n’a pas eu beaucoup de travail à effectuer mais il a su être vigilant sur les rares tentatives niortaises.

Balliu (5,5) a évolué sur courant alternatif, décochant une belle frappe (21e) tandis que sur le flanc gauche, Udol (6) a su jouer sans complexe, affichant d’intéressantes qualités techniques même si son placement défensif reste à parfaire. Dans l’axe de la défense, Milan (5,5) a raté une paire de relances en début de partie mais s’est globalement acquitté honorablement de sa mission. Près de lui, Rivierez (7,5) a été parfait, sûr dans ses interventions et précis dans ses relances: une très belle prestation!

Yeni Ngbakoto dépasse le Niortais Jimmy Roye Photo: Michel Dell'Aiera
Yeni Ngbakoto dépasse le Niortais Jimmy Roye
Photo: Michel Dell’Aiera

Au milieu, Mandjeck (5,5) a perdu deux ballons trop facilement en début de partie en plein axe du jeu grenat puis s’est bien repris et aurait même pu offrir un second but à ses couleurs (48e). Reis (6,5) a fait le boulot fort correctement, jouant simplement avec calme et précision dans les pieds et a avalé quelques précieux kilomètres. Lejeune (7) a été très bon: le retour du capitaine messin a équilibré le jeu grenat et son envie comme sa détermination font un bien fou à l’entrejeu mosellan. Ngbakoto (6) va mieux et son implication dans le jeu a été bien plus importante que lors de ses dernières sorties. Candeias (5) a été un ton en dessous de l’ensemble de ses partenaires car il s’est cantonné à une position trop proche de la ligne de touche.

L’homme du match

Habib Diallo (8). Sept buts en six parties, trois doublés au cours des cinq dernières rencontres ! Chapeau l’artiste. Le jeune attaquant grenat est en train de crever l’écran et le FC Metz profite à plein de la réussite d’un garçon très adroit et qui sait parfaitement se placer dans la surface adverse.

Il a poussé Bekamenga sur le banc, même si ce dernier est rentré de sélection il y a 48h, et son profil de «serial buteur» arrive au très bon moment. Philippe Hinschberger sait qu’il va pouvoir compter sur un garçon en pleine possession de ses moyens pour aborder les six dernières étapes de montagne. Primordial.

Faiz Selemani (Niort, en bleu) et Nuno Reis (FC Metz) sont au duel Photo: Michel Dell'Aiera
Faiz Selemani (Niort, en bleu) et Nuno Reis (FC Metz) sont au duel
Photo: Michel Dell’Aiera

Le classement

En attendant les résultats de Dijon (1er, 60 points)-Nancy (2e, 58) ce samedi et Red Star (53 points)-Paris FC lundi, le FC Metz (4e, 53) est bien évidemment dans la course. Tout comme Le Havre (3e, 54) et Clermont (6e, 51). La fin de championnat va être palpitante, excitante et certainement suffocante. Le RC Lens (7e, 49) sera le dernier adversaire des Messins en mai prochain. Brûlant.

La Nouvelle République

Niort devra encore patienter

Rivierez et Omrani©PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN
Rivierez et Omrani©PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Metz – Niort : 2-0 Les Chamois ne possèdent plus qu’un point d’avance sur le maintien, mais limitent finalement la casse malgré leur défaite en Lorraine.

 L’enjeu était maximal hier soir à Saint-Symphorien entre des Messins avides de remonter sur le podium et des Chamois fort désireux de se dégager d’une place dangereusement située à la lisière de la relégation. Dans une ambiance d’un vrai stade de foot garni de supporters particulièrement actifs, les Chamois proposaient d’emblée un quadrillage satisfaisant avec au milieu Koukou, légèrement derrière Omrani et Roye, Selemani et Djigla étant chargés d’alimenter Dona Ndoh.

En face, ce n’était pas du tout le rouleau compresseur attendu du côté des Messins, et il fallut même attendre le bout du quart d’heure pour voir un premier tir cadré de Metz par Diallo. C’est assez dire que la parité régnait malgré des enjeux aux terrains si différents.
Mais les Lorrains semblaient alors monter en puissance. Candeias proche de chiper devant le but vide un ballon à Delecroix (16e), frappe lointaine de Balliu (21e), mauvais renvoi sur Reis (25e), la défense niortaise était à présent sollicitée. Et malgré des relances un peu hasardeuses et du déchet technique, Niort faisait globalement bonne figure. Jusqu’à cette 37e minute, quand Diallo trouvait l’ouverture (1-0) !

Diallo leur met un handicap

Incontestablement, ce ballon idéalement dirigé par la pointe de l’attaque messine allait faire un mal fou à cette équipe des Chamois, obligée de courir après le score, donc de se découvrir. Metz allait-il s’aventurer davantage au risque de tout briser ? C’était bien là le dilemme de cette deuxième mi-temps.
Auquel l’équipe de Hinschberger apporta une réponse immédiate, poussant dans les premières secondes avec des occasions de doubler la mise pour Candeias. Niort passait tout près de la correctionnelle à la 55e quand Milan reprenait de la tête un coup franc de Lejeune. Mais l’assesseur de la tribune Sud levait opportunément son drapeau. Avertissement sans frais, car ensuite, les Chamois payaient cash l’opportunisme de Diallo (2-0, 58e).
A 2-0, le match était sans aucun doute plié. Seule consolation, la marque était encore vierge entre Sochaux et Nîmes, tandis que Créteil était mené sur sa pelouse par Clermont, ce qui voulait dire que Niort n’était pas relégable. Sur la fin de match, les Chamois essayaient encore par Djigla qui manqua d’un rien d’enrhumer Didillon (76e). Mais en fin de compte, leur jeu avait beaucoup perdu de sa fluidité et était presque plombé par le châtiment attendu du coup de sifflet final.
Ngbakoto ratait l’immanquable (87e) seul devant Delecroix ; l’addition ne sera pas plus corsée. En rentrant aujourd’hui en train de Metz, les Chamois auront tout le temps de penser à leur prochaine échéance : la venue vendredi de Lens à René-Gaillard. Pas simple, mais il n’est surtout pas interdit de croire à un futur maintien des Chamois en Ligue 2. Il y a encore de la place, à condition sans doute d’ajouter 9 points sur les six derniers matchs. Le défi reste de taille.

A Chaud

Faure : ” On perd sur coups de pied arrêtés “

Philippe Hinschberger, entraîneur de Metz : « Niort n’a pas fait une mauvaise première mi-temps tandis que nous, nous aurions pu corser l’addition sur la fin. On a réglé nos petites erreurs de la première période et en deuxième mi-temps, on avait un peu plus d’espace. On ne peut être que satisfait de ces coups de pied arrêtés qui nous sourient et de la réussite de Diallo qui voit clair. C’est assez impressionnant. Les autres scores ! Chacun mène sa barque et on sait que si on veut monter, il faudra aligner les victoires. Notre destin nous appartient. »
Jean-Philippe Faure, co-entraîneur de Niort : « Globalement, on n’a pas fait un mauvais match. On a commencé par bien gérer cette équipe de Metz mais il faut avouer aussi que leur point fort, c’était les coups de pied arrêtés et on perd sur deux coups de pied arrêtés. En fait, on a donné les bonnes cartouches à Metz. »
Carl Tourenne, co-entraîneur de Niort : « On sait de toute façon que le championnat peut se jouer à la dernière journée à Valenciennes et donc, le combat continue. Sur ce match, il y a quand même de la frustration car les joueurs ont bien répondu à ce que nous avions mis en place. Sans succès… Mais je reste persuadé qu’on peut accrocher un bon résultat très prochainement. Il faut absolument prendre des points à la maison. »

La fiche

La 11 e défaite des Chamois niortais

Metz – Niort, 2-0 (hier soir au stade Saint-Symphorien, 32e journée de Ligue 2).
Mi-temps : 1-0.
Arbitre : M. Lissorgue.
Spectateurs : 11.046.
Buts : Diallo (37e et 58e).

Les buts

37e (1-0) : De la gauche, Lejeune tire un corner que bonifie Diallo. Sa tête dirigée sur la lucarne opposée mystifie Delecroix.
58e (2-0) : Côté droit, Lejeune adresse un coup franc que Ngbakoto ne peut reprendre. Ce qui n’est pas le cas de Diallo, en embuscade au deuxième poteau.

La discipline

Un avertissement : à Niort, Bong (64e, tacle sur Ngbakoto).

Les équipes

> METZ. Didillon.- Balliu, Milan, Rivierez, Udol.- Mandjeck, Reis.- Ngbakoto, Candeias (puis Kaprof, 87e), Lejeune (cap., puis Doukouré (74e).- Diallo (puis Bekamenga, 79e).
Non entrés : Oberhauser (g.), Krivets.
Entraîneur : Philippe Hinschberger.
> NIORT. Delecroix.- Lahaye (puis Sambia, 79e), Bong, Choplin, Kiki (puis Koné, 71e).- Koukou.- Roye (cap.), Omrani (puis Tigroudja, 84e).- Selemani, Dona N’Doh, Djigla.
Non entrés : Allagbé (g.), Batisse.
Entraîneurs : Jean-Philippe Faure et Carl Tourenne.

Christian Bonnin

L’Ami Sport

Le FC Metz s’en sort sans trop trembler (2-0) ce vendredi contre Niort. Voici notre TOP/FLOP en direct de Saint-Symphorien.

TOP :

HABIB DIALLO : Deux occasions, deux buts et une victoire 2-0. La copie parfaite pour le numéro 17 messin qui affiche désormais sept buts (dont trois doublés) depuis le début de la saison. Ou plutôt depuis le début de la demi-saison tant l’ancien staff semblait se moquer d’un joueur qui brillait pourtant avec l’équipe réserve. Par ailleurs, Habib Diallo s’est montré très précieux dans le jeu aérien face à une défense il est vrai assez peu coriace.

MATTHIEU UDOL : Quelques remontées de balle pleine de percussion, une première mi-temps très aboutie et une attitude plutôt sereine en défense. Sans trop faire de bruit, le latéral prêté à Seraing en début de saison s’adapte parfaitement dans la ligne de défense du FC Metz. Bon, il faut dire que ses opposants niortais lui ont facilité la tâché par une certaine maladresse technique.

GUIDO MILAN : Impérial Guido Milan. On va admettre qu’il s’est montré un tantinet fébrile lors des dix premières minutes. Mais après, le défenseur argentin a survolé les débats aux abords de la surface de réparation messine. En défendant debout, avec assurance, style et vigilance. Vous trouvez qu’on en fait trop ? Nous, on pense simplement que le FC Metz a retrouvé son guide.

FLOP :

JONATHAN RIVIEREZ : Autant Guido Milan dégage un maximum de sérénité, autant Jonathan Rivierez semble catastrophé quand le ballon lui tombe dans les pieds. Alors ça donne de grosses relances hasardeuses pour personne, quand ça n’offre pas une possibilité de relance aux adversaires. Contre une équipe niortaise aussi pauvre ça passe, mais on le préfère largement sur un côté qu’en défense centrale. Ou alors sur le banc.

NUNO REIS : Ce Flop s’adresse autant au joueur portugais qu’à son coach Philippe Hinschberger. Certes, il récupère des ballons à ce poste de milieu récupérateur. Le problème, c’est que le défenseur de métier ne possède ni la vista ni la palette technique pour donner un peu d’allant à son collectif sur les phases offensives. A côté d’un Georges Mandjeck très remuant, on aimerait un joueur bien plus créatif que Nuno Reis.

YENI N’GBAKOTO : Arrête de râler Yéni ! Yéni N’Gbakoto a sauvé tellement de fois le FC Metz cette saison qu’il est forcément sévère de le retrouver dans cette rubrique. Pour une fois, il n’a pas été décisif et il a trop souvent tenté de sauver son équipe tout seul, à la seule force de sa vitesse et de ses passements de jambes. Et il gagnerait forcément à moins râler et à montrer une attitude plus mature et plus positive. Mais on l’aime quand même.

France Bleu Lorraine Nord

Ligue 2 : Une victoire nette et sans bavure du FC Metz face à Niort

Habifb Diallo a inscrit contre Niort son 6ème et 7ème but de la saison © Maxppp - Pascal Brocard
Habifb Diallo a inscrit contre Niort son 6ème et 7ème but de la saison © Maxppp – Pascal Brocard

Ce vendredi, à l’occasion de la 32ème journée de la Ligue 2, le club à la Croix de Lorraine s’est imposé sur sa pelouse face à Niort (2-0). Auteur d’un doublé, l’attaquant Habib Diallo a été l’un des artisans de cette victoire qui permet au FC Metz de remonter provisoirement à la 4ème place

Malgré deux semaine sans compétition officielle, pour cause de mini-trêve internationale, le FC Metz n’a pas gambergé contre les Chamois Niortais. Face à ce modeste mal classé, les messins n’ont pas forcé leur talent et ont fait la différence sur coups de pied arrêtés. Le club à la Croix de Lorraine remonte provisoirement à la 4ème place, à un point du podium et le club des Deux Sèvres reste 17ème à un point de la zone rouge des relégables

 Super Diallo, le canonnier sénégalais

Après un mois de février catastrophique marquée par une série noire de 5 matchs sans la moindre victoire, les grenats viennent de retrouver un second souffler en prenant 9 points sur 9 possibles. Alors certes, ces succès ont été acquis contre des mal classés – Niort luttant notamment toujours pour son maintien – Mais ils permettent aux messins de rester toujours au contact du podium. L’un des artisans de ce renouveau, c’est l’attaquant Sénégalais Habib Diallo qui a inscrit contre les chamois son 6ème et 7ème but de la saison. Des vrais buts d’avant-centre : Le premier de la tête sur un splendide corner de son capitaine Kévin Lejeune, le second tel un renard des surfaces sur un nouveau coup de pied arrêté. L’ancien pensionnaire de Génération Foot  à Dakar, le centre de formation africain du FC Metz est en train de devenir le nouveau chouchou de St Symphorien. Très réservé devant les micros ou les caméras. Habib Diallo est beaucoup plus expansif et efficace sur un terrain. Il sera sans aucun doute l’une des armes principales du Club à la Croix de Lorraine dans cette bataille crispante pour la montée en L1. De son côté, Niort va devoir rapidement reprendre des points pour éviter de plonger dans la zone rouge de la relégation.

 

2ème titularisation pour le jeune messin Mathieu Udol (à droite sur la photo) © Maxppp - Pascal Brocard
2ème titularisation pour le jeune messin Mathieu Udol (à droite sur la photo) © Maxppp – Pascal Brocard
P