Toulouse – FC Metz : László Bölöni : « On ne pourra obtenir quelque chose que par la force collective… »

À deux jours du déplacement à Toulouse pour le compte de la 7ème journée de Ligue 1, ce dimanche (15H), l’entraîneur messin s’est présenté à la traditionnelle conférence de presse d’avant-match.

Comme très souvent Laszlo Bölöni a débuté sa prise de parole par un point infirmerie : « Ablie Jallow a un coup au genou. Joseph Nduquidi reprendra l’entraînement la semaine prochaine. Il reste Maxime Colin et Benjamin Tetteh, qui a rechuté. Il doit retrouver le rythme mais c’est difficile en raison de ses blessures. Ismaël Traoré a répondu présent physiquement à l’entraînement, mais on a quand même levé un peu le pied pour lui. Le voir dans le groupe à Toulouse ? C’est une possibilité… »

Interrogé sur l’état d’esprit que ses joueurs devront adopter contre les Toulousains après la défaite épuisante (1-0) concédée le week-end dernier à domicile face au RC Strasbourg, l’entraîneur roumain estime que ses protégés vont devoir s’armer d’une « mentalité exemplaire ».

« J’attends que mes joueurs fassent le maximum. Je ne veux pas rentrer dans les détails, mais le match de Strasbourg a été épuisant pour tout le monde car on espérait mieux. Il faut dépasser ces difficultés », a-t-il d’abord souligné. Avant de poursuivre : « On ne pourra obtenir quelque chose que par la force collective et une mentalité exemplaire. On doit avancer le plus rapidement possible, on est obligé. On est obligé également d’être beaucoup plus efficaces dans les deux surfaces, mais pour cela, on doit trouver les moyens. »

Ainsi, pour se faire, le technicien messin donne la recette. « On est obligé d’être capable de souffrir. Mais on est également obligé d’être beaucoup plus efficace. Devant, au milieu et derrière. Est-ce qu’on en est capable ? Sans doute. Mais, encore une fois, ce qui m’intéresse, ce n’est pas le constat, mais le moyen d’y parvenir », appuie Bölöni.

Interrogée sur la méthode de recrutement de ses prochains adversaires basée sur l’analyse de données, le coach se dit favorable à l’utilisation de la data et confirme d’en avoir eu recours. « Nous aussi, on utilise la data. C’est un nouvel outil qui permet de récolter des informations importantes sur les minutes de jeu, les zones préférentielles du joueur, etc. Après, s’il est possible d’aller voir le joueur en vrai, de le voir au travail, c’est bien aussi. Le flair de l’entraîneur est important mais la data peut être un appui parce qu’avec simplement le ressenti, il n’est pas impossible de passer à côté de certains détails… », a-t-il conclu.

A.L.m. 

www.socios-fcmetz.com

Crédit photo : Icon Sport

P